À l’arrière de camions ou à pied, des milliers de migrants honduriens ont repris vendredi la difficile traversée du Mexique, en direction des États-Unis. La «caravane» de Pijijiapan, dans l’État du Chiapas, en direction de la ville d’Arriaga, située à 100 km, leur cinquième étape à travers le sud du pays.

Migrants: Trump pourrait agir par décret

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a laissé entendre vendredi qu’il pourrait se passer du Congrès et agir par décret sur l’immigration si ses adversaires démocrates refusaient de le suivre.

En pleine campagne pour les élections législatives de mi-mandat, M. Trump a placé, comme il l’avait déjà fait lors de la présidentielle de 2016, la question de l’immigration au cœur de son message.

«Les États-Unis dépensent des milliards de dollars chaque année sur l’immigration illégale. Cela ne durera pas. Les démocrates doivent nous donner les voix pour faire passer des lois fortes [mais justes]. S’ils ne le font pas, nous serons obligés de passer à la manière forte», a-t-il tweeté.

Selon plusieurs médias américains, la Maison-Blanche étudie la possibilité d’un décret qui suspendrait la possibilité pour les migrants venus d’Amérique centrale d’entrer aux États-Unis pour formuler une demande d’asile politique.

Une telle initiative serait très probablement immédiatement contestée en justice.

Selon le Washington Post, Trump invoquerait, au nom de la «sécurité nationale», le même article de loi que celui utilisé pour son décret migratoire controversé visant à interdire l’accès des États-Unis aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane. Ce décret de janvier 2017 a finalement été validé dans une version amendée en juin 2018 par la Cour suprême.

Traversée difficile

À l’arrière de camions ou à pied, des milliers de migrants honduriens ont repris vendredi la difficile traversée du Mexique, en direction des États-Unis. La «caravane» de Pijijiapan, dans l’État du Chiapas, en direction de la ville d’Arriaga, située à 100 km, leur cinquième étape à travers le sud du pays.

Les migrants devaient marcher plus de 15 heures, le long de la côte Pacifique, et certains ont préféré monter dans des camions pour éviter cet éprouvant trajet.
Épuisés, certains ont renoncé à tenter d’atteindre le territoire américain, car leur «leurs pieds ne suivent plus», explique Jimmy. «Nous sommes nombreux, mais nous serons peu nombreux à arriver.»

La «caravane» doit encore parcourir 3000 km pour atteindre les États-Unis, ce qui devrait lui prendre environ un mois et demi. Environ 7000 personnes forment cette caravane, selon l’ONU. L’UNICEF estime que 2300 mineurs en font partie.