L'ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, avait été abattu en décembre 2016 pendant une exposition par un policier de 22 ans qui n'était pas d'office ce jour-là.

Meurtre de l’ambassadeur russe: la Turquie arrête l’organisateur de l’exposition

La Turquie a arrêté l’organisateur d’une exposition photographique à Ankara, lors de laquelle l’ambassadeur russe Andreï Karlov avait été abattu en décembre 2016, ont indiqué les médias d’État.

Mustafa Timur Ozkan a été placé en détention préventive par un juge d’Ankara pour participation délibérée à un meurtre, a déclaré l’agence officielle Anadolu.

M. Ozkan, qui avait organisé une exposition photographique de paysages russes dans une galerie du quartier huppé de Cankaya, avait déjà été appréhendé en janvier puis libéré.

Le 19 décembre 2016, l’ambassadeur russe à Ankara Andreï Karlov, un vétéran des services diplomatiques de son pays, a été tué de neuf balles par Mevlut Mert Altintas, un policier de 22 ans en congé ce jour-là, lors du vernissage de cette exposition.

Le meurtrier avait été abattu par les forces de l’ordre, après avoir lancé «Allah Akbar» (Dieu est le plus grand, en arabe) et affirmé vouloir venger Alep, en passe d’être entièrement reprise par le régime syrien avec le soutien de Moscou.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a quasi immédiatement désigné comme coupable le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, également accusé d’être le cerveau du putsch manqué du 15 juillet 2016.

La Turquie a arrêté cinq suspects en lien avec l’affaire, dont le producteur de télévision Hayreddin Aydinbas, les soupçonnant d’appartenir au réseau de M. Gülen.

Ce spectaculaire assassinat a été dénoncé par Moscou et Ankara comme une «provocation» visant à saboter le réchauffement de leurs relations, après une grave crise provoquée par la destruction d’un bombardier russe par l’aviation turque à la frontière syrienne en novembre 2015.

L’année écoulée depuis l’assassinat de l’ambassadeur Karlov a été marquée par un intense trafic diplomatique entre la Turquie et la Russie, notamment sur le dossier syrien. MM. Erdogan et Poutine se sont rencontrés pas moins de huit fois cette année.