Jamais les sud-coréennes ne s'étaient réunies en si grand nombre au cours d'une manifestation.

Manifestation contre la «porno par caméra espion» en Corée du Sud

SÉOUL — Des dizaines de milliers de femmes sud-coréennes, l’une des plus importantes manifestations féminines ayant jamais eu lieu dans le pays, se sont rassemblées samedi dans le centre de Séoul pour exiger du gouvernement la fin de la «pornographie par caméra espion».

Ces vidéos obtenues par caméras espions et filmant secrètement des femmes partiellement ou entièrement nues, dans des toilettes, des vestiaires d’écoles ou de lieux de travail par exemple, circulent sur Internet en dépit de l’interdiction officielle de la distribution de pornographie.

Les médias font de plus en plus souvent état de cas de ce genre, et ces vidéos circulent largement non seulement sur les sites pornographiques, mais aussi sur des chats, et sont même parfois utilisées dans les publicités pour des sites de prostitution et de jeu.

«Les hommes qui filment ces vidéos! Ceux qui les téléchargent! Ceux qui les regardent! Ils devraient tous être punis sévèrement», clamaient les manifestantes.

Beaucoup portaient des pancartes ou des banderoles clamant «Ma vie n’est pas votre porno» et «Nous sommes des êtres humains, pas des objets sexuels pour vos fantasmes malsains».

Les organisateurs estimaient à environ 55 000 le nombre de femmes présentes, la police parlant quant à elle de 20 000.

Beaucoup étaient des adolescentes ou des femmes d’une vingtaine d’années, les plus souvent visées par ce genre de pratique.

«Maintenant, moi et mes amies vérifions toujours soigneusement s’il n’y a pas un trou suspect dans les murs ou la porte avant d’aller aux toilettes quelque part», a déclaré à l’AFP une jeune femme ayant demandé à rester anonyme.

«Quel genre de pays est devenu la Corée du Sud? Un pays où les femmes ne peuvent plus aller aux toilettes sans avoir à craindre de voir leurs fesses filmées en secret?», s’indigne-t-elle.

La Corée du Sud est particulièrement fière de ses avancées technologiques. Elle a le taux le plus élevé du monde de possesseurs de téléphones intelligents — environ 95 % de ses 50 millions d’habitants.

Le nombre de caméras-espions est également passé d’environ un millier en 2010 à 6500 l’an dernier. Mais beaucoup utilisent simplement des téléphones intelligents, ou des minicaméras high-tech cachées dans des lunettes, des briquets, des montres, des clés de voiture ou encore des cravates.

Parmi les hommes condamnés pour avoir filmé ce genre de scènes figurent des professeurs de lycée ou d’université, des instituteurs, des docteurs, des prêtres ou pasteurs, des fonctionnaires, des policiers et même un juge.

Ils sont généralement punis d’une simple amende ou de quelques mois de prison avec sursis, des peines non dissuasives, se plaignent les mouvements de défenses des droits des femmes.

En mai, le président sud-coréen Moon Jae-in avait déploré que cette épidémie de caméras espions à fins malsaines soit devenue «un fait courant de la vie de tous les jours» et avait appelé à des peines plus importantes pour ceux qui les utilisaient.