Des policiers surveillent l’entrée principale de l’Hôpital King Edward VII, où est soigné le prince Philip, à Londres.

Le prince Philip «très bien» suivi à l’hôpital, selon son fils Charles

LONDRES — Le prince Philip, époux de la reine d’Angleterre Elizabeth II, est «très bien» suivi à l’hôpital où il a été admis vendredi «par précaution», a indiqué lundi son fils le prince Charles, sans préciser s’il sortirait à temps pour passer Noël avec le reste de la famille royale.

«On s’occupe très bien de lui à l’hôpital», a déclaré le prince de Galles lors d’une visite dans une zone inondée du nord de l’Angleterre. «C’est tout ce que l’on sait pour l’instant.»

Le duc d’Édimbourg, 98 ans, a été hospitalisé vendredi à l’hôpital londonien Edward VII pour y être «traité en observation en raison de problèmes de santé préexistants», avait alors indiqué le palais de Buckingham, évoquant «une mesure de précaution».

Depuis, aucune précision n’a été donnée sur la nature des problèmes de santé du prince ni sur la durée de son hospitalisation, à quelques jours de Noël, que la famille royale passe traditionnellement dans le domaine de Sandringham, dans le Norfolk (est de l’Angleterre).

De son côté, la reine n’a pas changé son programme et s’est rendue vendredi matin de Londres à Sandringham en train, faisant le chemin inverse de son mari, qu’elle a épousé en 1947.

La presse britannique l’a montrée dimanche se rendant à la messe.

Le prince Philip a pris sa retraite en août 2017, après avoir participé à plus de 22.000 engagements publics officiels depuis l’accession de son épouse au trône en 1952. Néanmoins, il ne s’est pas complètement retiré de la vie publique et continue d’accompagner la reine, lorsqu’il le souhaite, pour certaines apparitions publiques.

Au mois de juin 2017, le prince Philip avait été hospitalisé deux nuits pour soigner «une infection liée à une pathologie existante».

En janvier dernier, il avait subi un spectaculaire accident de voiture lorsque sa Land Rover avait percuté un autre véhicule en sortant d’une allée du domaine de Sandringham et s’était renversée. Indemne, il avait alors renoncé à son permis de conduire.

La période est difficile pour la famille royale britannique, ébranlée cette année par les accusations d’implication du prince Andrew, le deuxième fils d’Elizabeth II, dans l’affaire du pédophile américain Jeffrey Epstein et les attaques du prince Harry, son petit-fils, contre la presse tabloïde à qui il reproche de maltraiter sa femme Meghan.

+

Le prince Philip, à Kildare, en Irlande, en mai 2011