Le prince héritier Mohammed ben Salmane (à droite) et le roi Salmane d’Arabie saoudite avaient reçu Salah (à gauche) et un frère de Jamal Khashoggi mardi au palais royal à Riyad.

Le fils du journaliste tué Jamal Khashoggi quitte l’Arabie saoudite

RIYAD - Salah, fils du journaliste Jamal Khashoggi tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul, a quitté l’Arabie saoudite ainsi que sa famille après la levée d’une interdiction de voyage, a indiqué jeudi Human Rights Watch (HRW).

«Salah et sa famille se trouvent actuellement dans un avion pour (Washington) DC», a indiqué à l’AFP Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen-Orient à HRW.

Il n’y a pas eu de commentaire dans l’immédiat de responsables saoudiens, mais Mme Whitson a indiqué qu’ils avaient apparemment été autorisés à quitter le territoire après la levée d’une interdiction de voyage.

Salah, qui a la double nationalité saoudienne et américaine, rejoindra aux États-Unis ses autres frères basés dans ce pays, ont indiqué à l’AFP des amis de la famille.

«La famille de Jamal a besoin d’être réunie et de se sentir en sécurité pour pouvoir faire le deuil de leur être cher», a affirmé à l’AFP Randa Slim, experte à l’Institut du Moyen-Orient à Londres qui connaissait le journaliste.

«Cela est tragique qu’il ait fallu qu’il (Jamal Khashoggi, NDLR) meure pour que les autorités saoudiennes les autorisent à voyager», a-t-elle déploré.

Jamal Khashoggi, journaliste et opposant saoudien exilé aux États-Unis et qui contribuait notamment au Washington Post, a été tué le 2 octobre lors d’une visite au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul où il devait obtenir des papiers pour pouvoir épouser sa fiancée turque.

Après avoir initialement nié la mort du journaliste, les autorités saoudiennes, sous la pression internationale, avaient avancé plusieurs versions avant de déclarer jeudi que, sur la base d’informations fournies par la Turquie, les suspects accusés du meurtre de Khashoggi avaient commis un acte «prémédité».

Sous pression, le prince héritier Mohammed ben Salmane ainsi que le roi Salmane d’Arabie saoudite avaient reçu Salah et un frère de Jamal Khashoggi mardi au palais royal à Riyad.

Le roi et le prince héritier ont présenté leurs condoléances aux membres de la famille Khashoggi, avait alors indiqué l’agence officielle saoudienne SPA.

«La levée de l’interdiction de voyage imposée à Salah et à sa famille est un énorme soulagement», a affirmé Mme Whitson.

«Nous devons garder en tête que des centaines, sinon des milliers, de personnes en Arabie saoudite qui sont frappées par une interdiction de voyage et placées en détention sans justice».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo «a soulevé auprès des dirigeants saoudiens la sécurité des membres de la famille Khashoggi», a indiqué un responsable à Washington, qui s’est abstenu de donner plus de détails sur le déplacement de Salah Khashoggi.