Les enquêteurs de la police fédérale se penchent notamment sur des soupçons autour de donations qui auraient été faites à la fondation de l’ex-président Bill Clinton en échange de faveurs politiques lorsque Hillary Clinton était secrétaire d’État (2009-2013).

Le FBI enquêterait sur la Fondation Clinton

WASHINGTON — Le FBI enquêterait sur la Fondation Clinton, l’une des cibles favorites des républicains et du président Donald Trump, qui l’accusent de «corruption», selon des médias américains vendredi.

Les enquêteurs de la police fédérale se pencheraient notamment sur des soupçons autour de donations qui auraient été faites à la fondation de l’ex-président Bill Clinton en échange de faveurs politiques lorsque Hillary Clinton était secrétaire d’État (2009-2013), selon le site d’information The Hill, CNN et le New York Times.

Le ministère de la Justice, dont dépend le FBI, n’a pas confirmé l’existence de cette enquête.

Mais en novembre, ses services avaient assuré la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des représentants que le ministre de la Justice, Jeff Sessions, examinait l’opportunité de nommer un procureur spécial pour se pencher sur la Fondation Clinton ou sur l’utilisation par l’ancienne première dame d’un serveur privé de messagerie électronique quand elle était chef de la diplomatie de Barack Obama.

«Maintes fois, la Fondation Clinton a été ciblée par des accusations politiquement motivées, et à chaque fois, ces accusations ont été démenties. Rien de tout cela ne nous a fait chanceler dans notre mission visant à aider les gens», a déclaré le porte-parole de la fondation, Craig Minassian, dans un communiqué.

Nick Merrill, un porte-parole de Hillary Clinton, a de son côté dénoncé «une mascarade», affirmant que Jeff Session «obéit» au président Donald Trump en décidant d’enquêter.

La Fondation est une organisation «philanthrope qui fait du travail pouvant changer des vies, que les républicains tentent de transformer en cible politique», a-t-il écrit dans un communiqué.

Donald Trump a réclamé à de nombreuses reprises que son ancienne adversaire à l’élection présidentielle soit poursuivie en justice. Il a également cité plusieurs fois, comme objet de soupçons, la vente de la société canadienne Uranium One, détenant des mines américaines, au groupe public russe Rosatom en 2010, accusant Mme Clinton de collusion avec la Russie dans cette transaction.

Cette vente a permis à Rosatom de prendre le contrôle de 20% des réserves d’uranium américain. Uranium One avait fait d’importantes donations à la Fondation Clinton avant la réalisation de cette vente.

Donald Trump avait accusé Hillary Clinton en 2016 de s’être adonnée à une forme de «corruption» digne «du tiers-monde» par le biais de la fondation.

Et pendant la campagne, les républicains l’avaient également accusée de conflits d’intérêts, la fondation Clinton ayant reçu d’importants dons étrangers quand elle dirigeait la diplomatie américaine.