Le missile nord-coréen a été tiré mercredi matin heure nord-coréenne depuis le site de Sain-ni, près de Pyongyang, et s’est écrasé en mer au large du Japon.

Le continent américain serait à la portée de la Corée du Nord

SÉOUL — La Corée du Nord a affirmé mercredi avoir réalisé son objectif, devenir un État nucléaire, après avoir testé avec succès un nouveau missile intercontinental qui met «la totalité du continent américain» à sa portée.

Après avoir assisté au lancement du missile Hwasong-15, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a déclaré «avec fierté que désormais, nous sommes finalement parvenus à réaliser notre grande cause historique, l’achèvement d’une force nucléaire d’État», selon l’agence officielle KCNA.

Le tir a provoqué les foudres de la communauté internationale. Le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a évoqué une avancée qui représente «une menace partout dans le monde».

Il s’agissait du premier tir de missile par la Corée du Nord depuis le 15 septembre. Il anéantit les espoirs que la trêve observée par Pyongyang ait eu pour objectif d’ouvrir la porte à une solution négociée à la crise suscitée par ses programmes nucléaire et balistique.

«Le système d’armes de type ICBM Hwasong-15 est un missile intercontinental équipé d’une ogive lourde extra-large capable de frapper la totalité du continent américain», a affirmé KCNA.

Le développement de cet armement protègera la Corée du Nord de «la politique de chantage et de menace nucléaires des impérialistes américains», a-t-elle ajouté.

Pyongyang doit encore démontrer qu’il maîtrise la technologie de rentrée des ogives dans l’atmosphère depuis l’espace. Mais les spécialistes estiment que la Corée du Nord est sur le point de développer une capacité de frappe intercontinentale opérationnelle.