La tempête Barry traverse la Louisiane, La Nouvelle-Orléans respire

LA Nouvelle-Orléans — La tempête tropicale Barry remontait dimanche l’État américain de la Louisiane, déplaçant avec elle le risque d’inondations importantes qui ont pourtant épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans.

Signe que la principale ville de Louisiane, située jusqu’à cinq mètres sous le niveau de la mer, ne craignait plus les pluies diluviennes de Barry: son département de protection contre les inondations a commencé dès samedi soir à retirer les portions amovibles des digues entourant une partie de la cité.

Et le fleuve Mississippi --plus grand fleuve d’Amérique du Nord-- qui traverse la ville a commencé à baisser, tout en restant proche de son niveau de crue qu’il a déjà franchi plusieurs fois depuis le début de l’année.

La maire LaToya Cantrell a tweeté dimanche matin que les alertes liées au passage d’une tempête tropicale et au risque de submersion côtière avaient été levées, mais que la surveillance d’éventuelles inondations soudaines restait en place jusqu’à 19H00, car dix centimètres de pluie sont encore attendus.

Si les côtes de la Louisiane semblaient être relativement sorties d’affaire dimanche matin malgré des eaux envahissantes par endroits, les météorologues mettaient en garde contre le risque persistant et «potentiellement mortel» d’inondations soudaines et de débordements de cours d’eau dans une partie de la Louisiane et dans l’État voisin du Mississippi.

«La menace d’inondations devrait se poursuivre pendant la semaine à venir», ont-ils précisé, insistant sur le fait qu’il s’agissait de la «menace principale» de Barry.

La tempête tropicale s’est hissée quelques heures à peine samedi après-midi dans la catégorie 1 des ouragans --sur une échelle de cinq-- avec des vents à 120 km/h. Premier ouragan de la saison dans l’Atlantique qui va de juin à novembre, il a touché terre samedi à la mi-journée.

Vers le nord 

Mais elle devrait être rétrogradée dimanche en dépression tropicale, a indiqué le Centre national des ouragans, dans son bulletin d’information de 12H00 GMT, précisant qu’elle soufflait alors à 75 km/h.

Il a précisé que le coeur de la tempête devrait glisser sur l’Arkansas dans la soirée et lundi, soulignant que la vallée du Mississippi restait exposée aux inondations.

La Louisiane reste marquée par l’ouragan Katrina de 2005 qui a fait plus de 1800 morts, dont plus d’un millier à La Nouvelle-Orléans, inondée à 80% quand les digues protégeant la ville avaient cédé.

Pour Mike Pisciotta, retraité de 72 ans habitant près du Lac Pontchartrain qui avait emporté sa digue, Barry «n’a pas été grand-chose» à La Nouvelle-Orléans. Il a passé sa soirée de samedi à une «fête de l’ouragan» avec ses voisins.

Par précaution, des milliers de personnes avaient été évacuées en particulier des côtes. La Garde nationale de l’État avait prédisposé 3800 hommes et l’organisation de sauveteurs America’s Cajun Navy avait disposé 86 bateaux de secours dans la région.

L’aéroport de La Nouvelle-Orléans reprenait progressivement vie dimanche après l’annulation de tous les vols la veille. Le fournisseur d’électricité Entergy, qui a mobilisé 3400 employés, a précisé qu’à 18H30 samedi, 63.500 clients étaient sans courant à travers la Louisiane.

Le président Donald Trump, qui a placé jeudi la Louisiane en situation d’urgence pour permettre aux agences fédérales de participer aux secours, a exhorté les populations affectées par Barry à «être très prudentes».

Digues dépassées 

«Gros risque d’inondation dans une grande partie de la Louisiane et sur toute la côte du Golfe» du Mexique, a-t-il tweeté dimanche matin.

Les vents ont arraché des branches d’arbres, des panneaux routiers. Dans le comté de St John près de La Nouvelle-Orléans, la télévision locale a montré certains endroits sous près de 60 cm d’eau.

Selon les médias, plusieurs digues ont été dépassées par la montée des eaux notamment dans le comté côtier de Plaquemines, au sud de La Nouvelle-Orléans, ou des cours d’eau ont débordé comme dans le comté côtier de Terrebonne. Des évacuations obligatoires y ont été ordonnées.

La petite ville côtière de Morgan City, à environ 140 km au sud-ouest de La Nouvelle-Orléans et l’une des premières touchées par Barry, était privée d’électricité samedi et la rivière Atchafalaya était sortie de son lit.

Pour William Manuel, employé dans la maintenance vivant près de Morgan City, «il n’y a pas trop de quoi s’en faire, je pense. C’est une tempête. Lundi, je serai de retour au travail».

Barry a suscité de vives inquiétudes notamment, car le sol de la Louisiane était déjà saturé avant son arrivée après de récents orages et une pluviosité importante depuis le début de l’année.

Ken Graham, directeur du NHC, avait relevé samedi que la tempête charriait «une extraordinaire quantité d’humidité» présentant «un potentiel de fortes pluies» jusque dans le nord des États-Unis.

«L’essentiel des pluies de la tempête tropicale Barry touchant ce week-end la Louisiane et le Mississippi arrivera après le passage du centre de la tempête», ont mis en garde les météorologues, relevant que l’accumulation devait atteindre 63 cm par endroits.