La mairesse de Nashville, Megan Barry, se débattait pour conserver son poste après son admission en janvier qu’elle avait entretenu pendant deux ans une liaison avec le policier responsable de son équipe de protection.

La mairesse de Nashville démissionne après un scandale sexuel

CHICAGO — La mairesse démocrate de Nashville (Tennessee) a démissionné mardi après avoir plaidé coupable dans le cadre d’un scandale lié à une liaison extraconjugale avec le chef de sa sécurité.

«Mon temps en tant que votre mairesse s’achève aujourd’hui», a indiqué Megan Barry, un temps considérée comme une étoile montante de son parti, lors d’une brève conférence de presse en s’adressant aux habitants de la capitale américaine de la musique country.

Elle se débattait pour conserver son poste après son admission en janvier qu’elle avait entretenu pendant deux ans une liaison avec le policier responsable de son équipe de protection.

«C’est une relation consentie entre deux personnes d’âge moyen ayant des sentiments l’un pour l’autre», avait-elle alors expliqué, assurant qu’aucune faute professionnelle n’avait été commise. Selon elle, leur liaison était terminée.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes, des questions ayant notamment émergé sur l’augmentation des heures supplémentaires payées au policier Robert Forrest (photo) pendant sa relation avec la mairesse, en particulier lorsqu’ils étaient en déplacement.

Le policier a démissionné à la suite des révélations, mais elle avait affirmé qu’elle resterait à son poste.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes, des questions ayant notamment émergé sur l’augmentation des heures supplémentaires payées au policier pendant leur relation, en particulier lorsqu’ils étaient en déplacement.

Mme Barry, 54 ans, a plaidé coupable mardi devant la justice pénale à un chef d’accusation de vol de biens supérieurs à 10 000 dollars, selon un communiqué du bureau du procureur.

Elle a accepté de rembourser à la ville 11 000 dollars et d’être soumise à une mise à l’épreuve de trois ans.

L’ancien policier a également plaidé coupable mardi au même chef d’accusation : il devra reverser 45 000 dollars et sera soumis à une période de surveillance de trois ans.