En mai dernier, un juge fédéral avait provisoirement bloqué la décision de Donald Trump d’utiliser 2,5 milliards de dollars de fonds venus du Pentagone pour le mur qu’il souhaite ériger à la frontière sud des États-Unis.

La Cour suprême autorise Trump à utiliser des fonds de l’armée pour le mur

WASHINGTON — La Cour suprême américaine a autorisé vendredi l’utilisation par l’administration Trump de 2,5 milliards de dollars venus du Pentagone pour construire le mur à la frontière avec le Mexique, une décision saluée par le président des États-Unis.

«Wow! Grande victoire sur le mur», s’est tout de suite félicité, sur Twitter, le locataire de la Maison-Blanche.

«La Cour suprême des États-Unis a renversé l’injonction d’une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer», a-t-il poursuivi.

En mai dernier, un juge fédéral avait provisoirement bloqué la décision de Donald Trump d’utiliser 2,5 milliards de dollars de fonds venus du Pentagone pour le mur qu’il souhaite ériger à la frontière sud des États-Unis.

Le président avait invoqué l’«urgence nationale» afin de pouvoir recourir à des fonds destinés à l’armée pour faire avancer sa construction en contournant le refus du Congrès de le financer.

Pour une majorité des juges de la Cour suprême — qui a basculé dans le camp conservateur — les plaignants ne peuvent contester l’attribution de ces fonds car «le gouvernement a fait, à ce stade une démonstration suffisante» du bien-fondé de leurs arguments.

Réaction rapide

Mais les opposants au mur frontalier ne comptent pas en rester là et l’octroi des fonds ne pourrait être que temporaire.

L’ACLU, la puissance organisation des libertés civiques, a rapidement réagi vendredi, annonçant, dans un communiqué, une initiative auprès d’une Cour d’appel afin de «rétablir le blocage permanent de la construction d’un mur frontalier qui utilise des fonds militaires non autorisés».

«Les populations à la frontière, l’environnement et la séparation des pouvoirs dans notre Constitution seraient touchés de manière permanente si Trump venait à s’en sortir avec le pillage de fonds militaires pour un mur frontalier xénophobe que le Congrès a refusé,» a dit Dror Ladin, avocat de l’ACLU.