Elizabeth Warren a fait le premier pas vers le lancement de sa campagne très attendue pour la présidence des États-Unis.

Elizabeth Warren fait un premier pas vers la course à la présidence des É.-U.

WASHINGTON — Elizabeth Warren, une cible privilégiée du président Donald Trump, a fait le premier pas vers le lancement de sa campagne très attendue pour la présidence des États-Unis.

La sénatrice âgée de 69 ans a annoncé dans une vidéo, lundi, qu’elle créerait un comité exploratoire pour la présidence, qui permet aux candidats potentiels de commencer à recueillir des dons en toute légalité.

L’élue du Massachusetts s’est fait connaître en plein coeur de la crise financière, il y a dix ans, en réclamant une plus grande protection des consommateurs américains.

Elle est rapidement devenue l’une des progressistes les plus en vue du Parti démocrate, et ce, même si elle a parfois tenu tête à des responsables de l’administration de Barack Obama.

En tant que potentielle candidate à la présidence, Elizabeth Warren fait maintenant appel à la base du parti.

Sa vidéo rendue publique lundi décrit les défis économiques auxquels sont confrontées les personnes racisées, en plus de montrer des images de la Marche des femmes et d’événements LGBT auxquels elle a participé.

Dans un courriel à ses partisans, Mme Warren a précisé qu’elle dévoilerait son plan de campagne de manière plus officielle au début de l’année à venir.

La politicienne originaire de l’Oklahoma espère que sa réputation de battante populiste l’aidera à naviguer dans une arène démocrate où près de vingt candidats sont attendus.

Beaucoup de ses collègues du Sénat soupèsent ouvertement leur propre campagne, tout comme une ribambelle de gouverneurs, des maires et d’autres personnalités.

Le sénateur indépendant Bernie Sanders, qui envisage de tenter sa chance à nouveau, pourrait s’avérer l’un de ses principaux rivaux.

Julian Castro, l’ancien secrétaire au Logement sous Barack Obama, a également annoncé la création d’un comité exploratoire présidentiel à la mi-décembre. Le représentant sortant du Maryland, John Delaney, est toutefois le seul démocrate à avoir officiellement fait part de son intention de se lancer dans la course.

Mais la frénésie des élections primaires ne saurait tarder, car elles n’ont jamais semblé susceptibles d’attirer autant de candidats en plusieurs décennies.