Donald Trump est sorti de l’Air Force One en saluant la foule. Le président américain est à Singapour pour participer à un sommet historique entre Kim Jong-un et lui.

Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour pour un sommet historique

SINGAPOUR — Donald Trump et Kim Jong-un sont arrivés dimanche à Singapour à deux jours d’un sommet très attendu, le premier dans l’histoire entre un président américain en exercice et un dirigeant nord-coréen.

L’arsenal nucléaire nord-coréen, qui a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l’ONU au fil des ans, sera au cœur des discussions, dont l’issue s’annonce incertaine après des décennies de tensions entre les deux pays.

Donald Trump a atterri à Singapour à bord d’Air Force One peu avant 20h30 dimanche (8h30 au Québec). Invité à dire comment il envisageait son tête-à-tête inédit, il a seulement répondu «très bien».

Le président américain, 71 ans, a été accueilli à sa descente d’avion par le ministre singapourien des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan, comme le dirigeant nord-coréen, de plus de 30 ans son cadet, quelques heures auparavant.

Kim Jong-un, dont les déplacements en dehors de son pays hyper-fermé sont rarissimes, avait joué dans les airs au chat et à la souris avec les médias du monde entier qui traquaient son vol — pas moins de trois avions ont relié dimanche Pyongyang à la cité-État du sud-est asiatique.

Kim souriant

Souriant, voire décontracté sur de rares images retransmises en direct, le dirigeant nord-coréen a ensuite rencontré le premier ministre singapourien Lee Hsien Loong qui a salué la «décision courageuse et admirable» d’organiser ce sommet.

Alors que Donald Trump assurait avant son départ n’avoir pas véritablement besoin de se préparer («C’est d’abord une question d’état d’esprit»), sa porte-parole Sarah Sanders a pris soin de souligner que, durant le vol, le président avait consacré du temps «à travailler avec son équipe, lire des documents et préparer ses rencontres à Singapour».

Le comportement du président américain au G7 au Canada, où il a — à la stupeur générale — torpillé d’un tweet rageur l’accord final avec ses alliés, renforce les interrogations sur sa stratégie diplomatique et sa capacité à mener des négociations internationales de haut vol, a fortiori avec un ennemi de longue date.

Au-delà de la photo des deux dirigeants réunis, inimaginable il y a quelques mois encore lorsqu’ils étaient engagés dans une inquiétante surenchère verbale, un énorme point d’interrogation pèse sur l’issue de ce tête-à-tête que le monde entier observera à la loupe.

Dénucléarisation

Washington réclame une dénucléarisation «complète, vérifiable et irréversible» de la Corée du Nord. Pyongyang s’est déclaré favorable à une dénucléarisation de la péninsule, mais cette formule très vague laisse la place à d’innombrables interprétations.

Possible résultat concret évoqué par Washington : un accord de principe pour mettre fin à la guerre de Corée. La guerre de 1950-1953 avait en effet été conclue avec un armistice et non par un traité de paix : Nord et Sud sont donc techniquement toujours en guerre.

Ce sommet a pris forme un soir de mars à la Maison-Blanche lorsqu’un émissaire sud-coréen a transmis une invitation de Kim Jong-un que Donald Trump a acceptée sur-le-champ, à la surprise générale.

Si le milliardaire au style iconoclaste se targue d’être un négociateur hors du commun, nombre d’observateurs relèvent qu’il a été beaucoup moins exigeant que ses prédécesseurs avant de s’asseoir à la même table que Kim Jong-un.

«Les gens parlent d’un sommet historique [...] Mais il est important de garder à l’esprit que ce sommet était possible pour tout président américain qui aurait souhaité le faire et qu’aucun ne l’a souhaité, pour de bonnes raisons», souligne Christopher Hill, ancien négociateur américain sur le dossier.