«Que vive la vie, que vive l’amour, que vive le mariage que Dieu a établi», scandaient les manifestants, en majorité vêtus de blanc, dans la capitale Quito.

Des milliers de manifestants contre le mariage gai en Équateur

QUITO — Chapelets en main et entonnant des chants religieux, des milliers de catholiques et évangéliques ont manifesté samedi dans plusieurs villes d’Équateur contre la décision de la Cour constitutionnelle d’autoriser le mariage civil entre personnes du même sexe.

À Quito, environ 5000 personnes ont marché dans le centre historique, selon la police. Des marches similaires ont eu lieu dans les villes côtières de Portoviejo et Quevedo, et dans les villes andines de Latacunga, Cuenca et Ambato, selon les médias locaux.

«Que vive la vie, que vive l’amour, que vive le mariage que Dieu a établi», scandaient les manifestants, en majorité vêtus de blanc, dans la capitale, alors que les pancartes proclamaient: «On respecte la famille, on ne touche pas à la famille», ou encore «Respect oui, mariage gai non».

Le mariage homosexuel a été approuvé mi-juin par les magistrats de la Cour constitutionnelle par cinq voix contre quatre. En Équateur l’État est laïc, mais la société est historiquement conservatrice et le clergé exerce une forte influence.

L’Église catholique, qui a rejeté cette décision, avait annoncé dans la foulée son intention de mobiliser ses fidèles «dans la rue».

«C’est contre nature, les enfants sortent du ventre de la mère, pas de deux hommes», a déclaré à l’AFP Carmen Leon, 69 ans, qui a pris part à la marche partie de l’Église de Santo Domingo pour se rendre devant le siège de la Cour constitutionnelle à Quito.

+

Toujours à Quito, des gens ont marché pour célébrer la décision d'approuver le mariage gai en Équateur.

La décision de la Cour n’ouvre pas la possibilité d’adopter pour les couples du même sexe, que la Constitution a interdit en 2008.

«Nous avons été consultés pour les taureaux, pour les coqs, mais pour ce qu’il y a de plus important, c’est-à-dire la famille, on ne nous a pas demandé notre avis», s’indigne le pasteur évangélique Arturo Norero, qui réclame une «consultation populaire afin que les gens disent non au mariage homosexuel».

En Amérique latine, le mariage homosexuel est déjà reconnu par l’Argentine, le Brésil, la Colombie et l’Uruguay.