Des gaz lacrymogènes ont notamment été tirés dans le centre de Hong Kong des deux côtés du port de Victoria, dans la région de Tsim Sha Tsui du côté de Kowloon et à Wan Chai sur l’île de Hong Kong.

Des manifestations à Hong Kong se terminent par des affrontements avec la police

HONG KONG — La police a lancé des gaz lacrymogènes dimanche dans une gare et dans plusieurs quartiers de Hong Kong, où des citoyens ont pris d'assaut des rues lors d'un autre week-end de manifestations antigouvernementales.

Les manifestants ont lancé des briques sur les policiers et ont ignoré les avertissements avant le déploiement de gaz lacrymogène dans la région de Sham Shui Po, a annoncé la police, qualifiant cette marche de «rassemblement non autorisé». À proximité, d'autres manifestants portant des masques à gaz se sont rassemblés devant un commissariat de police à Cheung Sha Wan, alors que des policiers portant des équipements de protection les regardaient depuis un haut mur autour du commissariat.

Des gaz lacrymogènes ont également été tirés dans le centre de Hong Kong des deux côtés du port de Victoria, également dans la région de Tsim Sha Tsui du côté de Kowloon et à Wan Chai sur l'île de Hong Kong. À un certain moment, les manifestants ont bloqué l'entrée d'un centre commercial pour empêcher la police d'y pénétrer. Selon les autorités du poste de police de Tsim Sha Tsui, un policier a été conduit à l'hôpital après avoir été brûlé aux jambes par un cocktail Molotov lancé par un manifestant.

Des policiers ont aussi tiré des gaz lacrymogènes à l'intérieur d'une gare de Kwai Fong. On ignore combien de manifestants étaient à l'intérieur à ce moment-là.

Un peu plus tôt, un groupe important de manifestants, pour la plupart des jeunes, avait défilé au milieu de Hennessey Road, une artère commerciale de la région de Causeway Bay, alors qu'un rassemblement avait lieu dans le parc Victoria, situé à proximité. Beaucoup d'entre eux portaient des masques pour protéger leur identité et certains portaient des casques.

«Nous voulons que le monde sache que Hong Kong n'est plus ce qu'elle était, a déclaré une manifestante, Louisa Ho. La Chine fait de plus en plus pression sur Hong Kong, son peuple et ses organisations.»

Les manifestants réclament des autorités chinoises le respect de la démocratie à Hong Kong, la libération des manifestants arrêtés puis détenus et des élections libres, entre autres. Des manifestants affichaient aussi des bannières sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, «Redonnez-nous Hong Kong» et «Retirez la loi du mal» en référence à une loi de la Chine sur l'extradition qui est à l'origine de ce mouvement.

Ancienne colonie britannique, Hong Kong a été rétrocédé à la Chine en 1997 en vertu du principe «un pays, deux systèmes», ce qui garantit à la ville certains droits démocratiques qui ne sont pas reconnus aux habitants du continent. Mais au cours des dernières années, certains ont accusé le gouvernement central, dirigé par le parti communiste, d'avoir brimé, progressivement à leurs libertés.