Des migrants en provenance de Turquie débarquent sur la plage de Skala Sykamineas, dans le nord-est de l’île de Lesbos, en Grèce.

Crise migratoire en Turquie: Lesbos «n’en peut plus»

ÎLE DE LESBOS — Sur le port de Mytilène, du linge sèche à côté d’une baraque installée à la hâte pour des migrants fraîchement débarqués sur l’île grecque de Lesbos depuis que la Turquie a ouvert les portes de l’Europe, provoquant la colère de la population locale.

«Les seules personnes qu’on voit ce sont des réfugiés», confie, las, Giannis Palassis, un retraité de 76 ans rencontré dans les rues escarpées de Mytilène, en ce lundi férié en Grèce.

Selon lui, Mytilène ne peut pas se convertir en «refuge» pour tous. «Ce sont des êtres humains eux aussi, mais l’île n’en peut plus. On souffre.»

Depuis la décision d’Ankara d’ouvrir ses frontières aux exilés en route pour l’Europe, quelque 1300 migrants sont arrivés en 24 heures sur les cinq îles de la mer Égée, et en particulier à Lesbos, où la grande majorité des embarcations de fortune ont échoué.

Dans un contexte déjà particulièrement tendu ces dernières semaines, où les habitants de l’île s’opposent à la construction de nouveaux camps de rétention fermés sur leurs îles, ces nouvelles arrivées ont suscité une explosion de colère dimanche.

Des groupes d’habitants ont violemment repoussé un canot chargé de migrants, l’empêchant d’accoster au port de Thermi aux cris de «rentrez en Turquie». Avant de s’en prendre à des membres d’ONG et à plusieurs journalistes.

Sur le macadam du port, 300 réfugiés campent lundi, faute de place dans le camp de réfugiés de Moria, qui déborde avec ses 19 000 demandeurs d’asile pour 2800 places.

«Nous cherchons un endroit pour dormir, pour le moment nous sommes dehors pendant la nuit et les enfants ont froid», a confié à l’AFP l’Afghan Ahlan Khali, 21 ans, venu avec la famille de sa sœur.

D’autres ont passé la nuit, sans couvertures, sur la plage de Skala Sykamineas, dans le nord-est de l’île, a constaté un photographe de l’AFP.

Moria a été le théâtre d’affrontements entre policiers et demandeurs d’asile dont plusieurs centaines ont manifesté pour dénoncer leurs conditions de vie dans ce camp, l’un des plus surpeuplés d’Europe.

Entre les oliviers qui bordent les chaussées de la ville, des blocs de pierre et des morceaux de bois jonchent le sol, vestiges des affrontements entre migrants et forces de l’ordre.

«Jamais vu ça»

Barrages filtrants, routes coupées, voitures vandalisées : les habitants de l’île continuent de protester lundi contre cette nouvelle vague migratoire.

«Je n’ai jamais vu ça», confie Efi Latsoudi, qui travaille dans le camp d’accueil pour réfugiés PIKPA. «J’ai été menacée, on m’a forcé à partir sous les yeux de la police», s’indigne-t-elle, précisant que des groupes d’insulaires menacent quiconque entend s’approcher des plages pour venir en aide aux migrants débarquant sur les côtes.

Deux voitures appartenant au camp d’accueil ont été vandalisées, ajoute-t-elle, et un centre d’accueil inoccupé des migrants a été partiellement incendié dimanche par des groupes d’habitants furieux.

Un enfant est mort lundi matin dans le naufrage d’une embarcation au large de Lesbos, selon la police portuaire.