Sept des 15 catastrophes ont causé des dégâts estimés à plus de 10 milliards $US, dont les feux de forêt en Californie d’octobre-novembre (25 milliards).
Sept des 15 catastrophes ont causé des dégâts estimés à plus de 10 milliards $US, dont les feux de forêt en Californie d’octobre-novembre (25 milliards).

Climat: 15 catastrophes à plus d’un milliard $US en 2019

PARIS — Au moins 15 catastrophes naturelles liées au changement climatique ont causé des destructions d’un coût de plus d’un milliard $US en 2019, et sept d’entre elles d’au moins 10 milliards, selon des données rassemblées par une ONG britannique.

«Des phénomènes météo extrêmes, alimentés par le changement climatique, ont frappé tous les continents peuplés en 2019, tuant et déplaçant des millions de personnes et causant des milliards $US de dégâts,» souligne l’ONG britannique Christian Aid dans une étude publiée vendredi.

En compilant des données disponibles en source ouverte (rapports de l’ONU ou de structures étatiques, études scientifiques, presse), l’ONG liste 15 événements — typhons, inondations, feux de forêt — ayant causé plus d’un milliard $US de dégâts.

Sept de ces catastrophes ont même causé des dégâts estimés à plus de 10 milliards $US : les inondations en Inde du Nord et le typhon Lekima en Chine (10 milliards chacun); l’ouragan Dorian en Amérique du Nord (11,4 milliards); les inondations de juin à août en Chine (12 milliards); les inondations dans le Midwest et le Sud des États-Unis (12,5 milliards); le typhon Hagibis en octobre au Japon (15 milliards); et les feux de forêt en Californie d’octobre-novembre (25 milliards).

«Chacun de ces désastres a un lien avec le changement climatique», relèvent les auteurs.

Ainsi, en Argentine et Uruguay, où des inondations ont causé pour 2,5 milliards de dégâts en janvier, les zones affectées ont connu des précipitations cinq fois plus importantes que la moyenne, un an après avoir connu une grave sécheresse. Des variations qui s’accentuent avec le changement climatique, et des sols rendus plus secs qui aggravent les conséquences en cas de fortes pluies.

Autre exemple, le cyclone Idai, qui a dévasté la deuxième ville du Mozambique en mars, a été selon des scientifiques renforcé par le réchauffement de la température de l’océan Indien, alors que la montée du niveau des eaux a aggravé les inondations qui l’ont suivi. Mêmes phénomènes à l’oeuvre pour le cyclone Fani en Inde et au Bangladesh en mai, avec des dégâts estimés à plus de 8 milliards $US.

Christian Aid souligne toutefois «qu’en aucune façon les chiffres financiers ne donnent une vison globale» de l’étendue de ces catastrophes, notamment en conséquence pour les populations.

Prenant en compte les vies humaines perdues, l’ONG souligne que «l’immense majorité des décès a été causée par deux événements seulement» (les inondations dans le nord de l’Inde, 1900 morts, et Idai au Mozambique, 1300 morts). Elle rappelle que les populations les plus pauvres paient le prix le plus élevé face au changement climatique.

«Par contraste, les coûts financiers sont plus élevés dans les pays riches et le Japon et les États-Unis ont connu les trois événements les plus coûteux», selon le rapport.

Mi-décembre, le réassureur suisse Swiss Re avait dans une première estimation annuelle estimé à 140 milliards $US les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles et désastres humains en 2019, contre 176 milliards en 2018.