Le bilan routier s’est amélioré en 2019 au Québec alors que les routes ont fait moins de victimes et qu’il est survenu moins d’accidents mortels.
Le bilan routier s’est amélioré en 2019 au Québec alors que les routes ont fait moins de victimes et qu’il est survenu moins d’accidents mortels.

Moins de victimes sur nos routes en 2019

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Les routes du Québec ont fait moins de victimes en 2019, selon un bilan provisoire présenté par la Sûreté du Québec.

Les policiers rapportent 216 collisions qui ont coûté la vie à 232 automobilistes l’année dernière. En 2018, les policiers avaient dénombré 237 accidents qui avaient entraîné la mort de 252 personnes. Le nombre de collisions et de victimes est donc à la baisse.

La diminution des tragédies routières est une tendance observée depuis dix ans, et ce, même si le nombre de véhicules en circulation est constamment en augmentation, fait remarquer la SQ. L’année 2019 est d’ailleurs celle où le nombre de collisions mortelles a atteint son plus bas niveau jamais enregistré.

À titre de comparaison, les routes du Québec avaient fait plus de 340 victimes en 2010.

L’amélioration du bilan routier, estime la SQ, est entre autres attribuée à la mise en place de certains outils permettant aux policiers d’intervenir aux endroits problématiques.

Comportements à risque

Même si le bilan routier s’améliore, les patrouilleurs constatent encore certains comportements à risque. La vitesse excessive arrive en tête de liste alors qu’elle figure parmi la cause la plus fréquente de collisions mortelles. Ce comportement téméraire a été identifié dans près de 30 % des collisions mortelles en 2019.

La conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool ou la drogue représente 10 % des tragédies routières. Quotidiennement, les policiers de la SQ arrêtent 17 personnes.

La distraction au volant, dont l’usage du cellulaire, a pour sa part été à l’origine de 17 collisions mortelles l’année dernière, ce qui représente près de 8 % de tous les décès survenus sur le réseau routier. Parmi les automobilistes décédés en 2019, 25 d’entre eux n’avaient pas bouclé leur ceinture de sécurité.