Un premier policier est au volant d'une fourgonnette banalisée - pour être plus élevé et ainsi mieux voir - et roule dans la voie de droite tout en observant le comportement des automobilistes qui roulent dans celle de gauche. Un autre agent roule derrière pour intercepter les conducteurs fautifs.

Modus operandi d'une journée d'opérations policières

Habillé en civil, un policier déambule sur la rue Principale, près de l'intersection de la rue Saint-Charles. Son mandat? Observer le comportement des conducteurs qui roulent dans le secteur pour vérifier s'ils s'abstiennent de texter ou de parler au cellulaire derrière le volant.
«À pied, c'est la meilleure façon de constater cette infraction et tu es certain hors de tout doute», indique Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby.
Il s'agit d'une des méthodes employées par le corps policier - tout comme d'autres en province - pour appliquer la loi qui interdit aux conducteurs de tenir en main leur téléphone portable. Les policiers ont dû adapter leur façon de travailler pour vérifier si les conducteurs la respectent ou pas.
Après quelques minutes seulement, le policier constate qu'un conducteur texte alors qu'il est immobilisé au feu rouge. D'autres agents postés dans le secteur l'interceptent un peu plus loin. Peu de temps s'écoule avant qu'un autre automobiliste fautif, une femme cette fois-ci, soit interpellée cellulaire en main.
Tous les détails dans notre édition de samedi