Voici un exemple de véhicule comportant une suspension abaissée ainsi que des jantes surdimensionnées munies de pneus étirés (tire stretching).

Modifications automobiles: les amateurs sur le qui-vive

Avez-vous déjà remarqué une voiture à la suspension surbaissée, arborant des jantes surdimensionnées? Cette tendance, communément appelée Hellaflush, prend de plus en plus d'ampleur chez les adeptes de modifications esthétiques automobiles. Or, cette pratique est illégale. Une publication à cet effet, diffusée récemment sur le site internet de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), a mis le feu aux poudres chez les amateurs et les commerçants qui gravitent autour de cette sphère.
« La réaction est très forte dans le milieu des véhicules modifiés. Tous les forums parlent de ça. C'est une vraie bombe ce qui a été mis sur le site de la SAAQ, avance Keven Hains, copropriétaire de la succursale du Docteur du Pare-Brise de Granby. Les gens ont peur de se faire arrêter à tous les coins de rue par la police. Et quand tout le monde se met à avoir peur, il n'achète plus rien. Les mags, les suspensions et tout ce qui vient avec, ça représente 50 % de notre chiffre d'affaires. Ce serait bien de penser aux répercussions avant de tuer toute une industrie. »
Les propos de deux adeptes de ce style d'esthétique automobile, questionnés par La Voix de l'Est, hier, vont dans le même sens. « C'est complètement fou. Après les exhausts, ils s'attaquent aux suspensions baissées et aux mags. Qu'est-ce que ce sera après? Je suis plogué sur plusieurs forums et la plupart des gens trouvent que c'est une règle qui n'a pas d'allure. Quand les gars "montaient" leurs gros chars dans les années 70, personne ne leur disait rien. Ils roulaient même avec la bière entre les jambes. Maintenant, les policiers se servent de nous pour remplir les coffres des villes.
C'est démesuré », déplore Maxime, un résidant de Granby, qui tient à taire son nom de famille par peur d'être ciblé par les agents de la paix. Même son de cloche du côté d'un de ses acolytes, qui se prénomme Hugo. « Moi, ça fait des années que je fais des modifications sur mon auto. C'est une BMW 2011, pas une poubelle. J'ai investi près de 10 000 $ pour la mettre à mon goût. La suspension est baissée et j'ai des tires stretchés. C'est la mode. Est-ce que mon véhicule est plus dangereux pour ça? Non! Tant que c'est bien fait, je ne vois pas où est le problème. On vit vraiment dans un monde de paranoïaques!», rage-t-il.
Tous les détails dans notre édition de vendredi