L'opération a paralysé une partie de la rue Saint-Denis, entre René-Lévesque et Viger, samedi entre 7 h et 17 h.

Mission accomplie pour une entreprise d'ici

Pascal Perron n'est pas peu fier. C'est sans la moindre anicroche que s'est déroulé le montage du clocher de l'église Saint-Sauveur, à Montréal, samedi.
L'artisan professionnel en ferblanterie, qui a reconstitué l'imposant ouvrage dans l'atelier de Perron et fils à Granby, a participé à l'importante opération de 10 heures.
«C'était une grosse affaire, s'est-il exclamé. On a monopolisé une partie de la rue Saint-Denis, entre René-Lévesque et Viger, avec une grue de 300 tonnes et une autre de 400 tonnes!»
L'assemblage du clocher a commencé à 7 heures le matin, pour se terminer aux alentours de 17 heures. Des pièces colossales: une base de 174 000 livres, une pointe de 35 000 livres et une croix de 12 pieds de long ont été soulevées à environ 180 pieds dans les airs et installées dans les règles de l'art.
«Tout est arrivé au quart de tour, au millimètre près», précise-t-il.
Immortaliser le moment
À la toute fin des travaux, un cylindre a été inséré à l'intérieur de la boule du clocher. Un document se trouve à l'intérieur, avec les détails sur les entreprises Perron et fils, Fraco (gestion de projet), Structures Yamaska (fabrication de la structure) et Constructions santé Montréal (le client).
Au moment de poser ce geste symbolique, Pascal Perron a pris le temps de le savourer.
«J'ai dit au gars de la grue: "tu vas nous laisser cinq minutes"», raconte-t-il.
«Ce qu'on a réalisé, et on l'a avalisé, c'est unique au monde... ajoute-t-il. Et ce sont des p'tits Québécois qui l'ont fait.»