Benoit Lévesque, conseiller industriel au Centre local de développement de Brome-Missisquoi, et Denis Beauchamp, directeur du développement économique, ont rencontré des candidats intéressés à venir travailler ici lors des dernières Journées du Québec à Paris.
Benoit Lévesque, conseiller industriel au Centre local de développement de Brome-Missisquoi, et Denis Beauchamp, directeur du développement économique, ont rencontré des candidats intéressés à venir travailler ici lors des dernières Journées du Québec à Paris.

Mission accomplie pour le CLD Brome-Missisquoi à Paris

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Un terrain de jeu exceptionnel collé sur Montréal. C’est avec cet argument, entre autres, que le Centre local de développement (CLD) de Brome-Missisquoi a récolté plus de 150 CV de travailleurs lors de sa participation aux dernières Journées du Québec à Paris, le week-end dernier. Des embauches sont déjà en cours.

L’organisme voué au soutien des entreprises locales y participait pour représenter Location Florabec de Saint-Armand (transport), Atelier et découpage Bourgea de Bedford (usinage) et le Groupe Carbonneau, services industriels et hydriques de Bromont. Parmi les postes à pourvoir figuraient ceux de soudeurs, d’électromécaniciens, de machinistes et de chauffeurs de camion.

En compagnie du CLD, les trois commerces représentés ont partagé la facture de 12 000 $ liée à cette activité. Les autres entreprises de Brome-Missisquoi ne sont pas en reste puisque les CV restants leur seront transmis.

« On permet aux entreprises de recruter à moindre coût », explique Benoît Lévesque, conseiller industriel au CLD. L’entreprise d’emballages Gelpac, de Farnham, a également participé à l’événement avec son propre kiosque.

Facile à vendre

Il n’est pas très difficile de convaincre un candidat de venir s’implanter dans Brome-Missisquoi, selon M. Lévesque. 

« La région est relativement facile à vendre, dit-il. On est près des grands centres et on a la qualité de vie, le vélo, le golf, le ski, les lacs, la chasse... Ça finit par être emballant ! »

Les Européens sont aussi « émerveillés » par notre proximité avec les États-Unis, tout comme notre bas taux de chômage et, aussi, notre dédain pour la hiérarchie. Des candidats ont été étonnés d’avoir pu passer des entrevues sur-le-champ et par vidéoconférence avec des PDG d’entreprises.

Quant à l’hiver, elle ne les inquiète pas puisque « la plupart sont déjà venus au Québec ».

L’obtention d’un permis de travail temporaire permet aux candidats de venir travailler ici pendant au moins deux ans. En plus du CLD, qui offre du soutien technique aux entreprises qui engagent à l’étranger, la MRC et Solidarité ethnique régionale de la Yamaska peuvent aider les arrivants dans leurs besoins de transport, de logement et de socialisation.

« C’est une approche clé en main, dit Benoît Lévesque. Nos arrivants doivent être heureux ! »

Les Journées du Québec à Paris, la plus grosse mission de recrutement réalisée par le gouvernement du Québec, ont accueilli les kiosques de 115 organismes et entreprises cette année.

Le CLD de Brome-Missisquoi envisage maintenant de participer aux Journées du Québec qui auront lieu à Tunis, en Tunisie, au printemps prochain. Cette fois-ci, l’activité permettra de recruter de la main-d’oeuvre non qualifiée, aussi très en demande.

« Paris, c’est pas la place pour trouver des commis d’entrepôt ! »