« [...] En 2018, on veut aller davantage sur le terrain. C’est important de maintenir la cadence en matière de prévention », souligne Paul Sarrazin, préfet de la MRC de la Haute-Yamaska.

Miser sur les outils en place pour prévenir les incendies

Les services des incendies de la Haute-Yamaska ont développé au fil du temps une multitude d’outils de prévention en abordant chaque année un thème différent. Plutôt que d’opter pour une nouvelle thématique, tous les programmes seront à nouveau offerts en 2018.

« On commence à avoir une panoplie d’outils, de documentation, ce qui fait en sorte qu’en 2018, on veut aller davantage sur le terrain. C’est important de maintenir la cadence en matière de prévention », explique Paul Sarrazin, préfet de la MRC de la Haute-Yamaska.

Ces programmes de prévention ont été créés dans le cadre du schéma de couverture de risques en sécurité incendie, d’une durée de cinq ans. Celui-ci entre dans sa cinquième et dernière année.

Au fil des ans, la prévention en milieu acéricole, agricole, résidentiel et en milieu industriel, commercial et institutionnel a été développée, à raison d’un thème par année. De nouveaux outils pédagogiques et préventifs ont également été acquis.

La maison Toutrisque permet notamment aux préventionnistes d’illustrer les différentes sources potentielles d’incendie dans une résidence. La mascotte Burny accompagne également les sapeurs qui vont à la rencontre des enfants ou lors de différents événements.

Les pompiers disposent aussi du simulateur Tutor, qu’ils utilisent pour former les citoyens à l’utilisation de l’extincteur portatif. « On est encore mieux équipés pour faire de belles présentations », indique M. Sarrazin. « La prévention, c’est ça qui est payant, ajoute-t-il. Un camion, c’est pratique quand on a à s’en servir, mais c’est idéal de ne pas avoir à s’en servir. La meilleure action est d’éviter qu’il soit obligé d’intervenir. »

Tous ces programmes et outils seront donc offerts et disponibles en 2018. Les citoyens et les organismes qui sollicitent la tenue d’une de ces activités, offertes gratuitement, doivent s’adresser au service de sécurité incendie qui dessert leur municipalité.

Nouveau schéma
La nouvelle mouture du schéma de couverture de risques en incendie ne devrait pas subir de changements majeurs, selon M. Sarrazin, qui la qualifie de « version 2.0 » de l’actuel schéma.

Il s’agit d’un outil de gestion des risques en matière d’incendie, mais également de prise de décisions pour les élus. Il constitue également un outil de planification pour les responsables des opérations d’urgence.

« En Haute-Yamaska, on a décidé d’en faire une gestion commune avec l’ensemble des services incendies. On se réunit huit à neuf fois par année. C’est un travail qui est fait en collaboration. On travaille ensemble et on met en commun nos bons coups », explique le préfet.

Il est trop tôt à l’heure actuelle pour connaître l’orientation qui sera donnée au futur schéma de couverture de risques.