«Ce n’est pas quelque chose qu’on recherche à développer», affirme le maire de Granby, Pascal Bonin, concernant les centres de minage de cryptomonnaie.

Minage de cryptomonnaie: un secteur identifié à Granby

L’implantation des centres de minage de cryptomonnaie ne sera permise que dans un secteur à Granby, celui de la rue Roberval Sud. La Ville a entrepris des démarches pour modifier le règlement de zonage en ce sens.

« C’est une nouvelle réalité. Il y a quelques années, il n’y avait pas de classe industrielle pour ça. Il a fallu en créer une et revoir le zonage. Mais le conseil municipal ne mise pas sur cet aspect-là de l’économie pour les prochaines années. On va se concentrer sur d’autres choses plus intéressantes », fait valoir le maire de Granby, Pascal Bonin.

Celui-ci indique que des promoteurs auraient tâté le terrain à Granby, « comme partout ailleurs au Québec », pour y développer ce type d’activité. « Il faut avoir un zonage en conséquence pour qu’ils puissent s’installer. Mais il n’y a rien de ferme jusqu’à présent », dit M. Bonin.

Le maire affirme que les élus ont en fait plusieurs réserves concernant ce type d’activité, qui génère entre autres beaucoup de bruit et, par conséquent, de plaintes du voisinage.

« Ce n’est pas quelque chose qu’on recherche à développer. Tant qu’à nous, les centres de cryptomonnaie peuvent bien aller dans d’autres villes. Ça fait de grands bâtiments bruyants, hyper énergivores, sans créer beaucoup d’emplois », estime-t-il.

L’implantation de tels centres n’est toutefois pas exclue, reconnaît le maire Bonin. « Mais on saura où ils vont aller », dit-il.

Le minage de cryptomonnaie nécessite notamment l’usage de puissants équipements informatiques et de systèmes de ventilation pour les refroidir. Dans la région, les municipalités de Farnham et de Bedford ont dû composer au cours des derniers mois avec des plaintes de résidants excédés par le bruit généré par ce type d’équipements.