Il suffit de voir le petit Milann et ses parents ensemble pour comprendre que la complicité règne dans la maisonnée.

«Milann est unique»

Le jeune Milann Dubois a le bonheur facile et contagieux. L'adorable boute-en-train atteint de trisomie n'a que deux ans, mais il fait déjà tomber les tabous. En effet, le petit Granbyen à la bouille craquante a récemment écrit un nouveau pan de sa jeune histoire en défilant sur la passerelle. Puis, il a monté la barre d'un cran, il y a quelques jours, en remportant le concours de mannequin de l'année lancé par Giraldof, l'organisation derrière les défilés.
Impossible de rester indifférent en rencontrant la famille Dubois. Il suffit de voir le petit Milann et ses parents, Véronique Piquette et Daniel Dubois, se taquiner pour comprendre que la complicité grandit de jour en jour dans la maisonnée.
Pourtant, le parcours du couple n'a pas été de tout repos depuis que le bambin s'est pointé le bout du nez. En fait, bien que la grossesse ait été plutôt difficile, rien ne laissait présager que Milann avait une anomalie génétique. «Ça a pris un mois et demi avant de savoir que notre petit est trisomique. Avant, j'étais superficielle. Comme un peu tous les nouveaux parents, je croyais que mon bébé allait être le plus beau, le plus parfait. Quand tu arrives avec un diagnostic comme celui-là, tu tombes de haut! , lance la maman. Tu comprends surtout que ton enfant va toujours devoir se battre pour faire sa place.»
Un pas à la fois
Véronique ne se fait pas d'illusions, son fils est bel et bien différent. Ça ne l'a toutefois pas empêchée de foncer lorsqu'elle a entendu parler de défilés pour enfants. «Oui, mon enfant est différent. Mais, en quoi ça l'empêcherait de faire les choses comme les autres? Il marche, il communique avec les gens qui l'entourent et il va à la garderie régulière. Il est capable de relever un paquet de défis. Quand une de mes amies m'a parlé du défilé organisé par Giraldof, je n'ai pas hésité», indique la jeune maman.
 Il a suffi d'un appel chez la compagnie spécialisée, entre autres, dans la confection de vêtements pour enfants, pour constater que Milann allait avoir une première chance. «Mon fils, mannequin. Je n'y croyais pas. C'était trop beau pour être vrai», se remémore Véronique.
Tous les détails dans notre édition de lundi