Michel Bilodeau briguera les suffrages dans le district 3 à Bromont lors des prochaines élections.

Michel Bilodeau sera de la course à Bromont

Homme d'affaires bien connu à Bromont, Michel Bilodeau sera dans les rangs lors des élections générales de novembre. Il briguera ainsi les suffrages comme conseiller dans le district Mont-Brome.
« Une petite ville aux grandes ambitions. » C'est ainsi que Michel Bilodeau perçoit Bromont, où il a élu domicile il y a près de 28 ans. Il a choisi de se présenter dans le district 3, car ce quartier regroupe l'ensemble de ses intérêts. 
« J'habite dans Mont-Brome, alors je connais bien les résidants, qui y sont en grand nombre. C'est aussi un endroit très commercial. Il s'agit de la première vitrine que le touriste voit à Bromont et où plusieurs citoyens convergent. Pour moi, la rue Shefford, qui est simplement magnifique, est l'assise culturelle de la municipalité. Pour toutes ces raisons, ce serait un réel bonheur de représenter les gens de mon quartier », a-t-il indiqué.
Michel Bilodeau n'en sera pas à sa première incursion dans l'univers politique. Il avait entre autres tenté de se faire élire comme conseiller dans le district 2 (lac Bromont) en 2005, se faisant devancer par seulement quatre voix au fil d'arrivée par Alain Chénier. En plus d'avoir créé et piloté la Fête du chocolat durant 16 ans, l'homme d'affaires s'est impliqué dans plusieurs comités au sein de la communauté, notamment ceux de la culture et du développement du Vieux-Village. Il est également fondateur et partenaire principal du Musée du chocolat de la confiserie Bromont depuis 28 ans.
Période charnière
Tenter un retour en politique municipale cadre parfaitement avec sa volonté de contribuer à l'essor de Bromont, affirme M. Bilodeau. « Pour regarder vers le futur, il faut connaître le passé. J'ai cette connaissance et cela me servirait dans un éventuel mandat au sein du conseil. À Bromont, les défis sont grands. On parle d'un développement plus vert, axé sur le tourisme. Mais il faut aussi penser à notre population. La prochaine décennie va réellement tracer l'axe que prendra la municipalité pour se développer. Est-ce qu'on veut d'une ville plus industrielle, plus commerciale, plus résidentielle, plus communautaire ? On doit instaurer un véritable lac-à-l'épaule. Savoir que je pourrais représenter les gens de Mont-Brome dans un moment aussi charnière de l'histoire de Bromont, c'est emballant », lance-t-il.
Estimant être au diapason des intérêts des Bromontois, ceux-ci guideraient les décisions du promoteur en tant que conseiller. « Bromont doit demeurer une ville ingénieuse, innovante, mentionne-t-il. Une ville qui s'inspire des meilleures pratiques de développement municipal. Une ville qui sait écouter, qui accompagne son monde, ses citoyens, ses promoteurs. Une ville qui administre rigoureusement, mais qui sait encore rêver. »
Parmi les nombreux dossiers en tête de liste de M. Bilodeau figure l'amélioration de l'accessibilité aux loisirs. « Les gens de Bromont paient déjà beaucoup de taxes, dit-il. Il faudrait aider les jeunes familles à avoir accès à une tarification adaptée à leur réalité. »
En ce sens, le fait que Bromont vient de refuser l'entente de loisirs proposée par Granby, estime-t-il, « sera un tremplin pour amorcer une grande réflexion sur ce qu'on veut offrir à la population en terme de services ».
Rappelons que Granby veut hausser de près de 400 % d'ici trois ans la facture défrayée par les 23 municipalités avec lesquelles elle est liée par une entente de loisirs. Sans claquer la porte, Bromont remet cette démarche en cause et souhaite négocier un accord qui reflète les besoins de la population. 
M. Bilodeau croit également que l'on doit continuer de promouvoir Bromont en tant que « référence » dans le domaine du vélo au Québec, tout en posant des actions concrètes en ce sens. Il est aussi d'avis que la Ville doit mettre en place un programme de subventions pour préserver le patrimoine bâti du coeur de la localité. « Le Vieux-Village a un développement particulièrement sévère. On parle d'un PIIA [programme d'implantation et d'intégration architecturale] patrimonial. Je voudrais aider les résidants dans leurs rénovations. Souvent, on a le bâton, mais pas la carotte, image-t-il. Bromont doit remédier à ça en se dotant d'un budget dédié. »