Fragilisé, le revêtement de brique du clocher de l’édifice a été retiré pour éventuellement faire place à un revêtement plus léger.

Mezzanine et clocher neufs pour la Maison de la culture de Waterloo

Les passants qui empruntent la rue de la Cour n’ont pas manqué de remarquer que le clocher de la Maison de la culture a perdu des morceaux dernièrement. En raison de problèmes structuraux, ce dernier devra être refait.

L’automne dernier, la présence de fissures apparentes sur des murs intérieurs et extérieurs de l’édifice avait alerté la municipalité de Waterloo, qui en est propriétaire. Celle-ci avait alors fait appel à des spécialistes pour évaluer l’ampleur des dommages.

Après analyse, il s’est avéré que le poids du clocher était trop lourd pour sa capacité portante. « Le clocher était mal construit et il y avait certains risques d’affaissement », rappelle Mathieu St-François, directeur du service des loisirs, de la culture, de la vie communautaire et des communications à la Ville de Waterloo. Un tremblement de terre ou des vents violents auraient pu, semble-t-il, provoquer de mauvaises surprises.

Ce dernier mentionne cependant qu’en aucun temps, la situation n’a représenté un risque pour la population. « Ce n’était pas assez grave pour qu’on annule les activités de la Maison de la culture. On a décelé le problème à temps et on a agi rapidement. »

En démantelant le recouvrement de brique, le poids de la structure du clocher s’est automatiquement allégé, assure-t-il.

En raison de son statut patrimonial, le bâtiment est soumis à diverses contraintes architecturales et esthétiques. Une réunion de démarrage permettra de se pencher prochainement sur l’allure qu’aura le nouveau revêtement, qui devra être à la fois léger et respecter l’aspect historique de l’endroit.

D’ailleurs, l’édifice datant de 1870 devrait être admissible à certaines subventions, ce qui viendrait atténuer le fardeau financier de la municipalité.

À la fin mai, M. St-François et les responsables de la Maison de la culture rencontreront le député de Shefford, Pierre Breton, pour connaître les possibilités qui s’offrent à la Ville en matière d’aide fédérale.

Mezzanine

On profitera également de la réalisation des travaux de maçonnerie pour réaménager la mezzanine surplombant l’arrière de la salle. La régie d’éclairage qui s’y trouve devra être reculée, et la balustrade refaite selon les normes actuelles de construction. Selon Mathieu St-François, la Maison de la culture tirera aussi profit du chantier pour augmenter le nombre de places assises de la mezzanine, qui passera « d’une dizaine à une trentaine ».

Coûts à venir

L’ampleur et le coût total de ces travaux n’ont pas encore été déterminés. Aux 6323 $ consacrés à l’expertise et aux 13 308 $ voués au démantèlement de la brique s’ajoutent d’autres frais « préparatoires », dont un mandat de 22 190 $ accordé à la firme ADSP Architecture + Design et un contrat de 9198 $ alloué à l’entreprise Côté-Jean visant tous deux la préparation des plans et devis pour la reconstruction du clocher et le réaménagement de la mezzanine.

Et bien qu’aucun échéancier des travaux n’ait été déterminé, l’administration de la Ville de Waterloo souhaite régler la situation avant l’ouverture de la saison 2019-2020 de la salle de spectacles, qui célèbrera alors ses 30 ans.

D’ici là, Mathieu St-François assure que tous les spectacles et activités demeurent à l’horaire comme prévu.

Du reste, le directeur de la Maison de la culture, Frédéric Messier, fait remarquer que la saison estivale, moins achalandée que le reste de l’année, offre une fenêtre de deux mois pour exécuter les travaux.