Peu d’ossements ont été trouvés, a décrit un policier, et la voiture de la victime avait grandement brûlé, a expliqué un autre agent de la SQ, Sylvain Larouche.
Peu d’ossements ont été trouvés, a décrit un policier, et la voiture de la victime avait grandement brûlé, a expliqué un autre agent de la SQ, Sylvain Larouche.

Meurtre de Jacques Choquette: des ossements dans la neige

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
La Sûreté du Québec (SQ) a eu fort à faire pour récupérer les ossements de Jacques Choquette, un entrepreneur en construction de Granby assassiné en 2016.

Grâce à l’aide d’un des trois hommes accusés de ce meurtre, la police a su en décembre 2018 où se trouvaient les restes de la victime tuée par arme à feu.

Mais elle a dû attendre cinq mois pour les retracer. «Dans la neige, on ne pouvait rien trouver», a expliqué l’agent Jacques Lafrance, jeudi.

Le technicien spécialisé en scène de crime témoignait au procès de Stéphane Blanchard, accusé de meurtre prémédité et de complot pour meurtre dans cette affaire.

Selon la Couronne, l’accusé de 38 ans avait été engagé pour abattre Jacques Choquette en échange de 5000 $ de marijuana.

Un témoin a d’ailleurs indiqué, lundi, que M. Blanchard lui en avait fait la confidence.

Le mobile du crime pourrait être une dette d’argent que la victime aurait contractée auprès de l’un des deux autres accusés.

«Pouce par pouce»

Mai 2018, la SQ retourne là où les ossements sont censés se trouver, à Stukely-Sud en Estrie. Pour faciliter les recherches, un maître-chien et une anthropologue judiciaire accompagnent l’agent Lafrance.

Ce qui restait de la Mercedes de Jacques Choquette au lendemain du crime.

Le travail est ardu, car les restes sont peu nombreux et disséminés. Finalement, le chien trouve un morceau d’os.

Trois jours de plus ont été nécessaires pour «racler les feuilles, pouce par pouce», a dit M. Lafrance, 11e témoin appelé à la barre dans ce procès devant jury.

Bilan : cinq os et deux morceaux de vêtement brûlés sont récupérés.

L’agent Lafrance a également participé à une perquisition faite dans une maison de Granby où habitait Stéphane Blanchard. Des carabines y ont été saisies.

Voiture incendiée

Plus tôt dans la journée, un autre technicien en scène de crime a décrit l’état dans lequel la voiture de la victime a été trouvée, au lendemain du crime, dans un bois de Roxton Pond, près de Granby.

La Mercedes C300 blanche avait été incendiée. «Tout ce qui était combustible a brûlé», a dit l’agent Sylvain Larouche, de la SQ.

«Il n’y avait aucune expertise à faire vu l’ampleur des dommages.» La cause de l’incendie est donc «indéterminée», même si «ça ne brûle pas tout seul, un char», a fait remarquer le policier.

Les arbres environnants affichaient également des traces de combustion et le couvercle d’un seau de plastique traînait à proximité. Trois trousseaux de clés ont également été retrouvés à l’intérieur de la voiture.

Le procès de M. Blanchard se poursuit vendredi devant le juge André Vincent, de la Cour supérieure.