Un crâne «partiel et fragmenté» et des parties d’un tibia gauche et d’un bras droit ont été analysés par l’anthropologue judiciaire Renee Kosalka, photographiée ici au côté de l’interprète judiciaire Jean-Guy Robert.
Un crâne «partiel et fragmenté» et des parties d’un tibia gauche et d’un bras droit ont été analysés par l’anthropologue judiciaire Renee Kosalka, photographiée ici au côté de l’interprète judiciaire Jean-Guy Robert.

Meurtre de Jacques Choquette : les os montrent une blessure par balle

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Les ossements retrouvés à Stukely-Sud et qui seraient ceux de Jacques Choquette, un homme de Granby assassiné en 2016, correspondent à une blessure par balle.

Renee Kosalka, anthropologue judiaire, a présenté le résultat de ses analyses, vendredi, au procès pour meurtre prémédité et complot pour meurtre de Stéphane Blanchard.

On reproche à M. Blanchard d’avoir mis fin aux jours de l’entrepreneur en construction de 51 ans en compagnie de deux complices.

Les restes de M. Choquette ont été récupérés en mai 2019 à Stukely-Sud, en Estrie. Deux morceaux de vêtements et cinq os ont été retrouvés : il s’agissait d’un crâne «partiel et fragmenté» et de parties d’un tibia gauche et d’un bras droit.

Ils provenaient tous du même homme, a indiqué Mme Kosalka au tribunal, et étaient «de bonne qualité» bien qu’abîmés par les intempéries et des animaux charognards.

L’anthropologue judiciaire a constaté qu’une fracture était visible sur le côté droit du crâne, probablement due à un impact par balle. La tempe gauche a également été affectée.

Objet contondant

Mme Kosalka, 12e témoin appelé à la barre de ce procès ayant démarré lundi, ne peut par ailleurs exclure qu’il y ait aussi eu usage d’un objet contondant. La mort, a-t-elle ajouté, remontait à «moins de cinq ans».

Le procès devant jury de Stéphane Blanchard doit se poursuivre lundi avec l’audition d’une vidéo, a mentionné Me Émilie Baril-Côté, du ministère public.

Selon la Couronne, l’accusé de 38 ans avait été engagé pour abattre Jacques Choquette en échange de 5000 $ de marijuana.

Les procès des deux autres accusés ont quant à eux été fixés en janvier et février prochain, respectivement, au palais de justice de Granby.