Jonathan Lafrenière-Milot est défendu par Me Rémi Cournoyer-Quintal et Me Jean-François Lambert.
Jonathan Lafrenière-Milot est défendu par Me Rémi Cournoyer-Quintal et Me Jean-François Lambert.

Meurtre de Cédric Dupuis Skinner: un deal de drogue au coeur du crime

Une transaction de drogue ayant mal tourné serait à l’origine du meurtre de Cédric Dupuis Skinner, un crime commis à Granby en juillet 2018.

L’homme de 20 ans est mort d’un coup de couteau « lors d’un échange de drogue qui a mal viré », a indiqué lundi la pathologiste judiciaire Liza Boucher.

Mme Boucher était le premier témoin appelé à la barre au procès de Jonathan Lafrenière-Milot, un homme de 29 ans sur qui pèse l’accusation d’homicide involontaire. 

Répondant aux questions de Me Karine Guay, du ministère public, la pathologiste a décrit la principale blessure retrouvée sur le corps de la victime.

La plaie au thorax, profonde de 9,5 cm, a coupé le ventricule gauche du cœur et causé une « hémorragie interne massive ». Des manœuvres de réanimation avaient été tentées par les ambulanciers, mais sans succès.

Des traces de cocaïne et de métamphétamine « à doses thérapeutiques » avaient également été retrouvées dans le corps de M. Dupuis Skinner, a dit Mme Boucher.

Par taxi

Peu de choses ont été révélées jusqu’ici quant aux circonstances exactes de l’altercation.

L’accusé est arrivé par taxi dans le stationnement d’un restaurant chinois de la rue Authier, où la dispute a éclaté, dans la nuit du 28 juillet 2018. « Le vendeur aurait poignardé la victime », a dit la policière Marie-Andrée Boutin, de la SQ, qui a analysé la scène.

Un autre témoin a mentionné que M. Lafrenière-Milot avait tenté de se défendre. Il est ensuite remonté dans le taxi qui l’attendait et a fait deux courses supplémentaires, chacune entrecoupée d’un retour à son appartement du boulevard Fortin.

Des traces de sang ont été retrouvées sur la portière du taxi, tout comme sur les mains et le chandail de l’accusé lors de son arrestation. Deux téléphones cellulaires, une liasse d’argent et des sachets de poudre blanche ont aussi été trouvés chez lui.

Quant à la victime, elle a pu marcher quelques mètres, traverser la rue Authier et finalement s’effondrer dans la stationnement d’un restaurant de déjeuners. Des gouttes de sang sur l’asphalte ont témoigné de ses derniers pas.

Antécédents

Connu des milieux policiers, Cédric Dupuis Skinner s’affichait ouvertement comme un fan des Hells Angels. Son père, Richard Skinner, avait été arrêté lors de l’opération Muraille, en 2016, qui visait le trafic de drogue dans l’est de la Montérégie. Il était réputé en contrôler la vente dans la région de Cowansville et avait écopé de 31 mois de prison.

Il était présent à l’audience lundi, mais n’a pas répondu aux questions de La Voix de l’Est.

Jonathan Lafrenière-Milot, qui s’expose à une peine de prison à vie, est défendu par Me Rémi Cournoyer-­Quintal et Me Jean-François Lambert.

Au moment de son arrestation, il était sous probation pour des délits similaires commis en 2016 à Saint-Hyacinthe. Il avait alors participé à une agression armée au cours de laquelle quatre personnes avaient été blessées. La vente de drogue était là aussi le mobile de l’attaque.

Sept jours ont été réservés pour la cause entendue cette semaine par le juge Érick Vanchestein, de la Cour du Québec.