Daniel Surprenant, Manuel Cabana et Michel Pinault étudient les plans du réaménagement de l’église Notre-Dame.

Métamorphose en cours à l'église Notre-Dame

Entreprise il y a quelques mois, la métamorphose de l’église Notre-Dame, au cœur du centre-ville de Granby, est de plus en plus perceptible. Environ 50 % des travaux ont été exécutés à ce jour, selon le directeur du Bureau de projets à la Ville, Daniel Surprenant.

La Ville de Granby entend bien relever le défi de transformer l’ex-lieu de culte centenaire. La nef deviendra ainsi une salle multifonctionnelle au bénéfice de la population et le vaste espace situé au demi-sous-sol accueillera deux programmes techniques du Cégep de Granby. Le tout, en conservant le cachet patrimonial des lieux. « On veut garder l’ambiance », a insisté le maire Pascal Bonin, lors d’une visite des lieux.

Les vitraux, les fresques, les colonnes, l’orgue centenaire, pour lequel une subvention de restauration est attendue, demeureront tous en place et retrouveront même un peu de leur éclat d’antan en cours de route.

Au cours des derniers mois, le gros du chantier s’est déroulé principalement à l’intérieur. Le demi-sous-sol, en particulier, a changé d’allure. Il n’y a plus aucune trace de la salle de bingo qui y a longtemps logé. « On a tout ouvert. On a refait les planchers, passé les services et monté de nouveaux murs », explique Daniel Surprenant.

Le résultat semble prometteur. Une attention particulière a entre autres été apportée à l’éclairage. Les locaux sont ainsi pourvus de larges fenêtres intérieures qui permettent à la lumière naturelle de circuler. L’éclairage de type DEL répondra aussi aux exigences que requièrent les laboratoires techniques. Au total, une douzaine de classes et de laboratoires seront aménagés pour les étudiants des techniques de génie mécanique et de génie industriel du Cégep.

Effet campus
Les quelque 200 étudiants et professeurs qui fréquenteront l’endroit entreront par l’arrière de l’édifice. Cela aura pour effet de créer un effet « campus » avec le Cégep de Granby situé à un jet de pierre de là.

Une nouvelle construction, à l’allure moderne, s’est par ailleurs ajoutée à cet endroit dans le cadre de ce chantier qui totalise des coûts de 13 millions de dollars, dont neuf millions sont assumés par la Ville et quatre par le Cégep. La structure d’acier a commencé à être érigée.

Sans perdre son allure sacrée, la nef mettra un pied dans la modernité.

Éventuellement, une deuxième phase pourrait se déployer tout près de l’agrandissement, afin d’être en mesure d’offrir également sur place l’électronique industrielle et créer de cette façon un institut technologique.

S’il avait été prévu à l’origine que la rentrée 2018 se déroule dans le nouveau pavillon Notre-Dame, elle semble maintenant repoussée au début de l’année 2019. En fait, les travaux pour le Cégep, qui a signé un bail de 25 ans avec la Ville, devraient être exécutés à l’automne, mais un délai est nécessaire pour l’aménagement des laboratoires et l’installation des équipements, note le directeur du Bureau de projets.

Modernité
Selon lui, la Ville de Granby a élaboré un projet unique dans un édifice centenaire. « On n’est pas dans un copier-coller. Tout a été conçu à partir de la bâtisse », laisse tomber Daniel Surprenant en soulignant que malgré les surprises que peut réserver ce type de bâtiment, tout se déroule « relativement bien ». À ce jour, des excédents de coûts d’environ 2 % ont été notés.

« Peut-être qu’on deviendra un modèle pour la revitalisation d’église au Québec », avance le maire Bonin.

Sans perdre son allure sacrée, la nef mettra un pied dans la modernité. Une nouvelle entrée vitrée, qui devrait réserver un effet wow avec une œuvre d’art intégrée, sera aménagée sur le côté du bâtiment qui donne sur la rue Saint-Antoine.

Devant également être prêt début 2019, l’endroit sera dorénavant pourvu de services sanitaires et d’un ascenseur. Une loge et une toilette seront en outre ajoutées à l’arrière de la scène, où se trouvait autrefois l’autel, pour favoriser la tenue de spectacles.

Les possibilités de cette vaste salle multifonctionnelle, qui peut accueillir 400 personnes, sont multiples, évoque le directeur général de la Ville, Michel Pinault. Des cours de yoga, de taï-chi, des expositions et des conférences pourraient par exemple y être offerts. Vie culturelle et communautaire de Granby aura la responsabilité de l’endroit.

Le maire Bonin estime que c’est lorsque les travaux extérieurs se dérouleront, entre autres lorsque le clocher sera repeint, que les Granbyens prendront la mesure du projet en cours. « Les gens voient bien qu’il y a des travaux, mais ils ne voient pas encore les changements », dit-il.

L’aménagement de la place du Savoir — Jean Lapierre, rue Principale, près de l’ex-lieu de culte, devrait apporter la touche finale à ce projet qui se veut rassembleur pour l’ensemble de la population, souligne Daniel Surprenant.