Trois mélangeurs solaires ont été acquis et installés sur le réservoir Lemieux à la fin juin, au coût de 229 000 $.

Mélangeurs solaires à l'oeuvre au réservoir Lemieux

De nouveaux équipements alimentés à l’énergie solaire sont à l’œuvre au réservoir Lemieux à Granby. Si les résultats sont au rendez-vous, ils pourraient permettre à la Ville de réduire la quantité de produits chimiques utilisés lors du prétraitement de l’eau et éviter le remplacement d’équipements en place depuis les années 1980.

La Ville de Granby serait la deuxième ville au Québec, après Asbestos, à utiliser ce type de mélangeurs solaires dans un réservoir d’eau, a souligné l’ingénieur de projets au bureau de projets de la Ville, Manuel Cabana.

Selon lui, il s’agit pour l’heure d’un projet expérimental. Projet qui intéresse d’ailleurs l’École Polytechnique de Montréal qui réalisera une étude de trois ans, avec Génome Québec/Canada, sur les risques, le traitement, la prédiction et la prévention des cyanobactéries présentes dans les procédés de production de l’eau potable. Granby a été sélectionné pour ce projet de recherche dans la foulée de l’installation de ces nouveaux équipements, selon le protocole d’entente conclu le mois dernier avec la Ville.

Connus sous le nom de Solarbee ou de mélangeurs solaires, ces équipements favorisent une circulation d’eau dans le réservoir. L’eau est ainsi aspirée par une pompe à une profondeur prédéterminée et elle est rejetée en surface sur une longue distance, ce qui permettrait de limiter la création d’algues et de cyanobactéries, explique l’ingénieur de projets.

Bénéfices
Trois mélangeurs solaires ont été acquis et installés dans le réservoir à la fin juin, au coût de 229 000 $. Ils ont été positionnés de façon à atteindre toutes les zones du plan d’eau, précise Manuel Cabana.

L’eau est prétraitée, depuis le milieu des années 1980, par l’entremise d’un système de dosage de chaux et d’aération, avant d’être acheminée à la station de pompage ABC par le biais d’une conduite de 1066 mm (42 pouces) sur une distance de près d’un kilomètre. Elle prend ensuite le chemin de la Centrale de traitement. Selon l’ingénieur de projets, ces opérations de prétraitement permettent de limiter la création d’algues qui altèrent le goût et l’odeur de l’eau, de même que le développement de cyanobactéries.

Manuel Cabana, ingénieur de projets au bureau de projets de la Ville de Granby.

Si les nouveaux équipements tiennent leurs promesses, ils pourraient graduellement remplacer l’ancien traitement, à meilleur coût.

« Si on réussit à enlever l’utilisation de chaux, ça va être une bonne économie de produits chimiques. L’objectif est aussi d’enlever le système d’aération, qui consomme beaucoup d’électricité », note M. Cabana.

Selon lui, c’est parce que les équipements qui étaient en place depuis longtemps nécessitaient des rénovations importantes qu’une étude de préingénierie a été réalisée pour analyser les options possibles de mise à jour.

L’option retenue, avec les mélangeurs solaires, est celle qui présenterait le moins d’impacts écologiques, affirme l’ingénieur de projets. Le choix a aussi été effectué à la lumière d’expériences menées dans certains plans d’eau américains et des recommandations de l’Environmental Protection Agency (EPA) aux États-Unis.

Vaste projet
Manuel Cabana affirme que ce n’est pas avant deux ou trois ans que l’efficacité des nouveaux équipements, qui demeureront en place l’hiver, pourrait se faire pleinement sentir.

La durée de vie des mélangeurs solaires est de 25 ans. Leur batterie doit être remplacée aux huit à dix ans, de sorte que les coûts d’entretien sont minimes, estime l’ingénieur de projets.

Cet investissement s’inscrit par ailleurs dans le cadre de l’ambitieux programme Eau potable, qui consiste à moderniser au cours des prochaines années les infrastructures d’eau potable, y compris éventuellement la Centrale de traitement d’eau potable de la rue Robitaille. La récente réfection des barrages du lac sur la Montagne et du lac Boivin a aussi été réalisée dans le cadre de ce programme.

Selon la dernière publication Granby vous informe, le réservoir Lemieux a été aménagé à la suite d’importantes périodes de sécheresse, dont à l’été 1965, qui ont réduit à près de zéro le débit de la rivière Yamaska, où la Ville puisait l’eau brute utilisée pour la production de son eau potable. Le réservoir, qui a une profondeur de 6,4 mètres, peut emmagasiner plus de 1,1 million de litres d’eau brute en période d’étiage, soit lorsque la rivière atteint son niveau le plus bas.