Nathalie Dépeault (conseillère) et Patrick Melchior (maire) en compagnie des futurs policiers de l’escouade. Il s’agit d’Arielle Carignan, Rafaël C. Mitivier et Maude Caplette. Robin De Longue Épée est absent sur la photo.

Méfaits en hausse à Farnham: de futurs policiers enquêtent

La municipalité de Farnham veut endiguer la vague de vandalisme et de vols grandissante depuis le printemps dernier sur son territoire. En ce sens, une escouade de finissants en technique policière tentera de faire la lumière sur cette série de méfaits, de concert avec les effectifs de la Sûreté du Québec (SQ).

Farnham fait de la sécurité de ses citoyens une de ses priorités, a indiqué le maire Patrick Melchior­ lors d’un point de presse, vendredi. « On parle beaucoup de bris de lumières. Plusieurs pots de fleurs ont aussi été brisés. Il y a eu des graffitis faits également. Plus récemment, on a eu droit à des vols, entre autres dans des commerces. [...] Dans la vie, c’est bien de trouver de nouvelles approches. [...] On ne règlera pas le sort de Farnham. On fait un pas de plus. On veut bien tendre vers la perfection, mais on veut surtout rendre les gens le plus confortables possible. »

Un comité de sécurité a donc été mis sur pied il y a quelques semaines pour étudier la question. Celui-ci est notamment formé de la conseillère municipale Nathalie Dépeault, du directeur des travaux publics, Michel Phaneuf, ainsi que du maire. L’idée de faire appel à de futurs policiers pour avoir un portrait de la situation, et trouver des pistes de solutions, a émergé de discussions du groupe avec la SQ. « On aura une équipe d’enquête qui va se promener dans la ville. Elle va rencontrer les commerçants, parler aussi avec les employés municipaux et la population », a résumé M. Melchior. 

En fait, la brigade est constituée de quatre finissants en technique policière à Sherbrooke. L’enquête sera réalisée dans le cadre d’un travail de fin d’études pour le cours Conception et application de stratégies. Le groupe investiguera sur le terrain, à raison de deux jours par semaine (mercredi avant-midi et vendredi) jusqu’à la mi-décembre. 

Les futurs agents de la paix produiront un rapport incluant, entre autres, des statistiques sur les principaux secteurs où ont lieu les méfaits pour cibler les actions à préconiser.

Le comité de sécurité se réunira une dernière fois après la remise du compte-rendu de la brigade pour ensuite soumettre ses recommandations au conseil. L’installation de caméras dans des zones sensibles de la localité est déjà envisagée. « On ne lésinera pas s’il y a des sous à mettre au budget », a insisté le maire.