Maxime Cusson a terminé les mondiaux du Firefighter Combat Challenge en 80e position.

Maxime Cusson prend part aux mondiaux du Firefighter Combat Challenge

La saison de compétitions est terminée pour le pompier de Granby et de Saint-Valérien-de-Milton, Maxime Cusson. Il a pris part la semaine dernière aux mondiaux du Firefighter Combat Challenge où il a pris la 80e position, tandis que son équipe a pris la troisième position.

La compétition, qui réunissait les meilleurs pompiers à travers la planète, se déroulait à Sacramento, dans l’État de la Californie, aux États-Unis. La finale se déroulait vendredi pour les épreuves individuelles.

Le départ était donné au pied de la tour de quelques étages. Les athlètes, vêtus de leur habit de pompier et portant une bonbonne sur le dos, devaient monter les marches le plus rapidement possible en transportant un boyau de 45 livres sur leurs épaules avant de devoir tirer vers le haut de la tour un autre boyau avec un cordage. Une fois redescendus, ils reproduisaient une entrée par effraction puis couraient vers le bout du parcours avant de revenir avec un boyau « chargé » et viser une cible. Enfin, les concurrents devaient ramener un mannequin au fil d’arrivée.

« [La compétition] à Sacramento est la plus dure qu’on a jamais eue parce que le parcours était croche. À la course, il fallait monter et descendre. On est habitué de courir sur des surfaces plates, mais ici ils ont décidé de faire ça dans une rue, raconte M. Cusson par téléphone. Mais c’était peut-être pas la bonne rue... »

Le Granbyen est toutefois heureux du résultat même si quelques petits imprévus ne lui ont pas permis de performer comme il le souhaitait.

Maxime Cusson croit qu’il aurait pu enregistrer un temps de 1 min 37 s, mais il a terminé avec cinq secondes de plus. Il a également eu des problèmes avec une pièce de son habit de combattant du feu. « En finale, je perdais mes pantalons. Ma ceinture se ferme avec une clip. J’ai l’ancien bunker [NDLR: habit de pompier] à Claude [Bélanger, pompier à Longueuil et nouveau champion du monde] et il est trop grand pour moi, donc la ceinture est importante. En haut de la tour, quand je me suis accoté pour tirer le boyau, ma ceinture s’est déclipsée. Tout le long de la course, je perdais mes pantalons. C’est sûr que j’ai perdu quelques secondes à cause de ça. »

À quelques secondes de la finale

Les compétiteurs avaient quatre journées de qualification précédant la finale. Le Granbyen a pris part à deux qualifications individuelles et deux autres en tandem durant lesquelles il était jumelé avec d’autres pompiers à qui il donnait le relais à mi-parcours. En tandem, il a manqué la finale de quelques secondes.

Le temps en finale de chaque membre des différentes équipes était comptabilisé. L’équipe de Maxime Cusson, les Canadian FastFatGuys, a terminé en troisième position. La victoire de Claude Bélanger a certainement aidé puisqu’il a terminé en première position. « On ne pensait plus à ça parce qu’on fêtait Claude. C’est un petit plus », commente le pompier de Granby.

Il est maintenant temps pour lui de se reposer. « J’ai mal partout, il faut que je me soigne. Il faut que je prenne quelques semaines de repos et après on va recommencer l’entraînement pour l’an prochain. » Ce n’est pas fini pour lui puisqu’il veut une fois de plus accéder aux mondiaux.