«Le moral est bon malgré tout. J’y vais un jour à la fois. Entouré des gens de la famille, j’ai passé de belles Fêtes. C’est ça que je voulais», a expliqué Maxence Parrot en révélant qu’il est atteint du lymphome de Hodgkin.

Maxence Parrot entend se battre et vaincre le cancer

Personne n’est à l’abri de la maladie. Pas même un médaillé olympique. Mais Maxence Parrot entend se battre et remporter la victoire, comme il l’a fait si souvent en piste.

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe jeudi midi : Parrot, 24 ans, est atteint du lymphome de Hodgkin. Après avoir tiré un trait sur sa saison, il a déjà entamé ses traitements de chimiothérapie.

« Apprendre que tu as le cancer, c’est une dure nouvelle, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse tenue à Montréal. Oui, ça fait peur, je ne vous le cacherai pas, mais je suis maintenant capable de vous en parler. »

Parrot, qui a enlevé l’argent à l’épreuve de slopestyle aux Jeux de PyeongChang, a commencé à se poser des questions en novembre, alors qu’il était en Europe, lorsqu’il a senti une bosse dans son cou. Le 21 décembre, après avoir passé une biopsie, il apprenait qu’il était atteint du lymphome de Hodgkin de stade précoce.

« Le cancer a été détecté très tôt et c’est l’un des cancers ayant le plus haut taux de guérison, a-t-il repris. Je suis donc confiant. »

Le Bromontois d’origine, qui vit maintenant à Shefford, était calme, voire très solide, devant les médias.

« Le moral est bon malgré tout. J’y vais un jour à la fois. Entouré des gens de la famille, j’ai passé de belles Fêtes. C’est ce que je voulais. »

Il a subi un premier traitement de chimiothérapie il y a une semaine. Il en a encore 11 devant lui d’ici au mois de juin.

« Ce sera ma compétition cette année », a-t-il souligné en forçant un sourire.

Force et courage

Pour parler de sa situation, Parrot était accompagné de sa conjointe, Alysson Gendron-Gallant, de même que de son psychologue sportif, Jean-François Ménard, qui ont tous deux vanté sa force et son courage.

« Nous mettons toutes les chances de notre côté, a indiqué sa conjointe. Que ce soit au niveau de la nutrition, de l’activité physique ou encore sur l’aspect mental avec Jean-François. »

« Maxence est un être résilient et il a du courage, a enchaîné Ménard. Car ça prend du courage pour faire ce qu’il fait tous les week-ends en piste. Je sais qu’il a peur, mais la peur, parfois, peut nous aider à réaliser de grandes choses. Je me souviens qu’il avait peur avant les derniers Jeux… »

La forme de cancer dont est atteint Parrot est très rare. En fait, il représente environ 0,5 % des cancers et 15 % des lymphomes diagnostiqués. Mario Lemieux avait souffert de la même maladie à l’époque.

Lorsqu’il a appris qu’il était malade, la première réaction de Parrot a été de demander aux médecins si les premiers traitements de chimiothérapie pouvaient attendre la conclusion des X Games, dont il est cinq fois champion, à la fin janvier. Quand on a son sport dans la peau…

« On m’a expliqué qu’un cancer, si on ne le traite pas, tu vas en mourir. Là, j’ai commencé à prendre ça au sérieux », a-t-il raconté en toute franchise.

— Avec la collaboration de La Presse canadienne