Matières recyclables: ça va où ?

En Haute-Yamaska, près de 10 000 tonnes de matières recyclables sont détournées de l’enfouissement chaque année. Cette performance — jugée excellente — pourrait être encore meilleure si les matières étaient correctement triées à la source.

Au cours des prochains jours, les citoyens, les industries, les commerces et les institutions de la Haute-Yamaska recevront par la poste un aide-mémoire illustré pour rappeler ce qui va — et ne va pas — dans le bac bleu.

« On veut s’assurer que les bonnes choses soient recyclées. La participation citoyenne est très bonne, mais là, on passe à la deuxième vitesse. On veut faire un pas de plus. Il y a encore des choses mal comprises », note la coordonnatrice aux communications à la MRC de la Haute-Yamaska, Gabrielle Lauzier-Hudon. 

Acheminé chez Sani-Éco à Granby, le contenu des bacs de recyclage de la Haute-Yamaska est traité par des équipes de trieurs et des équipements spécialisés. Une fois dûment séparées par catégorie, les matières sont compactées en ballots, puis envoyées chez des recycleurs.

La MRC souligne que la présence de déchets indésirables parmi les matières recyclables engendre des coûts de traitement et de transport supplémentaires. Dans certains cas, ils peuvent même provoquer des bris d’équipements.

Dans cet aide-mémoire, on note que parmi ces indésirables figurent le plastique portant le sigle 6, les barquettes alimentaires, le styromousse, le tissu, les tuyaux de PVC, la brique, le bois, les batteries de voiture, la corde, les piles et les bonbonnes de propane. Les tasses et les couvercles à café du commerce, les sacs de croustilles, les emballages de barres tendres et les couches ne devraient pas non plus se retrouver au recyclage, au même titre que les seringues et les médicaments. 

Pour en savoir plus sur les matières acceptées et les indésirables, il est aussi possible de télécharger l’application mobile Ça va où ? de RECYC-QUÉBEC ou de visiter le site www.haute-yamaska.ca.