Tous respectaient la nouvelle réglementation aux Galeries de Granby lors du passage de <em>La Voix de l’Est</em>.
Tous respectaient la nouvelle réglementation aux Galeries de Granby lors du passage de <em>La Voix de l’Est</em>.

Masque obligatoire dans les lieux publics : une norme majoritairement respectée

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Alors que le port du masque devenait obligatoire dans les lieux publics fermés partout au Québec samedi, La Voix de l’Est est allée rencontrer citoyens et commerçants afin de prendre le pouls de la situation.

Si la grande majorité des gens se conforme sans trop rechigner, quelques exceptions confirment la règle et ce sont les commis qui paient la note, nous a-t-on rapporté.

Éric Girard, rencontré aux Galeries de Granby alors qu’il magasinait un couve-visage qui lui procurerait un plus grand confort, a été témoin d’un incident survenu le matin dans une station-service.

« Ce matin je suis allé chercher un café dans une station-service et il y avait un monsieur qui rageait parce qu’il voulait rentrer pas de masque. Il disait ‘‘je vais cal***** mon camp sans payer le gaz s’il y a dequoi’’. C’est pour les petits caissiers que c’est le pire», dit l’homme, qui entend bien suivre la réglementation.

Demandes répétitives

«Pouvez-vous mettre votre masque sur votre nez svp ?», demande la commis de la station-service Esso à l’angle de la rue Simonds N et de la rue Principale a un client, qui confirme que l’application de la réglementation vient avec son lot de commentaires de la part du public et qu’elle doit souvent demander aux gens de respecter la réglementation. «C’est difficile, mais ça va», admet celle qui raconte avoir eu quelques clients récalcitrants au courant de la matinée.

Christian Dégarie, agent de sécurité aux Galeries de Granby, rappelle la nouvelle consigne aux clients qui entrent et leur offre des couvre-visages s’ils n’en ont pas. «Les clients sont très compréhensifs», assure-t-il, précisant qu’il n’a pas eu à donner un seul masque jetable, quelques heures après l’ouverture du centre d’achat.

Si certaines personnes ne peuvent pas porter le masque en raison d’un problème de santé, ils doivent signer un registre en indiquant leurs informations à leur entrée dans le centre d’achat.

Quelques jeunes portaient aussi un masque, même si cela n’est pas obligatoire pour les enfants de 12 ans et moins. Seuls les enfants de moins de 2 ans, les personnes avec des difficultés respiratoires ou les personnes incapables de retirer leur masque ou leur couvre-visage sans l’aide d’une autre personne ne devraient pas en porter, indique le gouvernement. Ces personnes «devraient éviter autant que possible les endroits où ils sont obligatoires», ajoute-t-on.