Le président du Bloc québécois dans Shefford, Jocelyn Beaudoin et la nouvelle chef bloquiste, Martine Ouellet.

Martine Ouellet de passage à Granby : à l'aise avec deux chapeaux

Martine Ouellet persiste et signe : elle est très à l'aise d'occuper le rôle de députée indépendante de Vachon à l'Assemblée nationale tout en étant chef du Bloc québécois.
C'est d'ailleurs le message qu'elle a lancé d'emblée à la trentaine de militants bloquistes qu'elle a rencontrés dimanche à Granby dans le cadre de l'assemblée générale annuelle du parti politique dans la circonscription de Shefford.
Soulignant que tous les chefs de parti, qu'il s'agisse de François Legault, Jean-François Lisée ou Philippe Couillard devaient aussi porter deux chapeaux, elle a assuré que le cumul de ses deux fonctions ne l'empêchait nullement d'être là pour les électeurs de son comté couvrant une partie de Longueuil.
« La seule différence dans mon cas, c'est que c'est deux parlements au lieu d'un seul », a-t-elle indiqué. « Il n'y en a pas de problématique, sauf, c'est sûr, pour les fédéralistes que ça dérange qu'on ait une approche indépendantiste. »
L'ancien chef bloquiste, Gilles Duceppe, avait pourtant estimé en février qu'elle pouvait nuire au mouvement en essayant d'être aux deux endroits en même temps. De son côté, le Commissaire à l'éthique avait indiqué que rien ne lui interdisait de faire le saut sur la scène fédérale tout en demeurant députée provinciale, mais que cela pouvait soulever un problème de perception. 
Mme Ouellet ne voit pas les choses du même oeil, elle qui estime que la meilleure place pour préparer l'indépendance est à Ottawa. Elle s'est d'ailleurs dite à l'aise avec le fait de travailler comme chef d'un parti fédéral tout en étant rémunérée pour le siège qu'elle occupe à Québec.
« C'est des faux arguments. Premièrement, j'ai un seul salaire. Et de m'occuper de ce qui se passe à Ottawa, c'est tout à fait normal. On envoie 50 milliards et il y a des lois qui sont votées à Ottawa qui ont des impacts au Québec. Quand Philippe Couillard parle de l'ALÉNA, il ne devrait pas parce qu'il est payé par Québec ? »
« Quand Gaétan Barrette va dans les rencontres fédérales-provinciales- pour revendiquer de l'argent en santé, il n'aurait pas le droit, mais voyons donc (...) C'est la même chose, c'est pas différent. C'est simplement d'aller revendiquer ce qu'on a de besoin pour le Québec », s'est-elle défendue.
Et à ceux qui s'inquiètent pour les déplacements que cela implique, elle a comparé sa situation à celle de la députée bloquiste Marilène Gill qui doit voyager entre Baie-Comeau et Ottawa chaque semaine. « C'est dix, douze heures de route. C'est pas mal plus que Ottawa-Québec », a-t-elle relevé.
Le vrai visage de Justin Trudeau
Mme Ouellet, qui a tenté sans succès de devenir chef du Parti québécois à deux reprises, s'en est aussi prise à Justin Trudeau, déplorant notamment les reculs du premier ministre canadien quant aux nouveaux pipelines, les cibles de réduction des gaz à effet de serre et la réforme du mode de scrutin.
« On est en train de découvrir le vrai visage de Justin Trudeau (...) Il a fait beaucoup de marketing, beaucoup de théâtre, mais là, le vrai personnage, on est en train de le découvrir et je ne suis pas sûr que les Québécois vont être bien contents de ça. »
En plus de s'attaquer au refus du gouvernement canadien d'égaliser la somme consentie par Québec à Bombardier, elle a dit rêver au jour où le Québec misera sur ses propres ambassades afin de mieux servir ses intérêts sur la scène internationale.
Tournée à travers le Québec
Même si le Bloc québécois ne compte plus que dix députés à Ottawa, Mme Ouellet a comparé sa formation politique à un « phénix » qu'elle compte bien faire renaître de ses cendres lors des prochaines élections- fédérales en 2019.
C'est dans cette optique qu'elle souhaite rencontrer le plus de militants possible au cours des prochains mois. L'ancienne péquiste a d'ailleurs affirmé qu'elle se lancerait prochainement dans le recrutement de nouveaux candidats. « Ça va se faire à partir de bientôt jusqu'en 2019 », a-t-elle indiqué.
Toujours actif comme militant, Jocelyn Beaudoin a déjà annoncé qu'il ne serait pas candidat pour le Bloc dans deux ans. Ce dernier avait fini troisième (22,22 % des voix) derrière le député libéral de Shefford, Pierre Breton (38,96 %) et la néo-démocrate Claire Mailhot (23,67 %) lors du dernier scrutin fédéral en 2015.