La conseillère Marie-France Beaudry sera en lice pour un deuxième mandat dans le quartier de Vilas, à Cowansville.

Marie-France Beaudry sollicitera un autre mandat

Incertaine en janvier de son avenir politique, la conseillère Marie-France Beaudry sollicitera un deuxième mandat en novembre pour continuer de siéger au conseil municipal de Cowansville.
Une longue introspection sur son travail des quatre dernières années a amené la femme de 44 ans à conclure qu'elle voulait continuer à représenter les résidants du quartier de Vilas. « Je ne pensais pas revenir. C'est très exigeant comme travail. Et on reçoit beaucoup de critiques. Mais je me suis donné du temps pour réfléchir sur tout ce que j'ai appris et sur le travail que nous avons fait ensemble en quatre ans. Je veux continuer », a-t-elle dit lundi en entrevue.
Les critiques l'ont affectée, reconnaît Mme Beaudry. Particulièrement celles de citoyens mécontents de la décision du conseil en 2016 d'ouvrir la rue Lauder, ce qui accentuera la circulation dans la rue Church. « Je les comprends. Mais on doit prendre des décisions pour développer la ville. On essaie d'écouter tout le monde, de considérer toutes les possibilités. Ce sont des dossiers complexes. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde », fait-elle remarquer.
La candidate dit faire des efforts pour ne pas prendre les critiques personnellement. Les hommes ont cette facilité, souligne-t-elle. C'est un avantage en politique, croit la candidate.
Le travail de conseiller en est un de tous les instants, fait remarquer Mme Beaudry. « Quand je vais faire l'épicerie, des fois les gens viennent me parler pour me dire ce qui ne fonctionne pas, que le déneigement n'a pas été bien fait. Tu es tout le temps au travail ; c'est très prenant. Mais on est là pour tous les citoyens, pas seulement ceux de notre quartier. »
Si elle est réélue, Mme Beaudry­ veut poursuivre son travail pour améliorer la santé du lac Davignon­ et terminer le plan de développement durable de la Ville et celui de mobilité active. D'autres projets de construction résidentielle seront également proposés par des promoteurs et devront faire l'objet d'analyse du conseil, selon elle. « On a plusieurs projets en cours qui vont se réaliser dans la prochaine année. Ça bouge beaucoup. »