Le Marché des pas pressés de Dunham proposait un parcours intérieur.

Marchés de Noël pour les «pas pressés»

Ce week-end était celui de la dernière chance pour les gens de la région qui souhaitaient faire leurs emplettes dans un marché de Noël en 2017. Grand bien leur en a pris puisque ceux de Dunham et de Frelighsburg méritaient le détour. La population était d’ailleurs au rendez-vous : il était même difficile de circuler à certains moments.

Si le marché de Frelishsburg était davantage axé sur les produits agroalimentaires, le Marché des pas pressés, à Dunham, proposait des créations d’artistes et d’artisans d’ici. 

Les spécialisations des deux marchés, qui travaillent en collaboration depuis deux ans, se sont décidées tout naturellement puisque le Marché de Noël de Frelighsburg était organisé par les organisatrices du marché fermier en été alors que le Marché des pas pressés était le résultat de l’implication d’artisanes.

« On a créé un marché pour les magasineuses, comme nous, qui n’ont rien acheté le 20 décembre. C’est toujours le dernier week-end avant Noël, explique Maryse Messier-, cofondatrice de la Factrie, la coopérative écocréative qui organise le marché dans l’édifice patrimonial au cœur du village de Dunham. Le jeu de mots des pas pressés nous plaisait. En anglais, ils ont appelé ça The procrastinator’s market, le marché des procrastinateurs. »

Les deux équipes d’organisateurs ont décidé de travailler ensemble l’an dernier, pour la première édition du marché de Frelighsburg, mais ils ont poussé la collaboration plus loin cette année. Ils divisent la logistique, la promotion et les frais et se partagent leurs sélections d’exposants pour éviter les doublons.

« La réalité, c’est qu’on est deux petits villages. On ne peut pas faire deux gros marchés avec 80 exposants, note Mme Messier. En alliant les forces, eux sont à 44, et nous en avons un peu plus de 30. À deux villages, on se retrouve à offrir une expérience qui est vraiment riche. »

Ambiance des Fêtes

« On a deux marchés qui sont différents et complémentaires, renchérit Anick Jobin, coordonnatrice du Marché de Noël de Frelighsburg. Au volet alimentaire, on invite les gens à venir faire leurs dernières courses pour préparer leurs repas des Fêtes. Plus Noël approche, plus les gens sont dans l’ambiance. »

Le marché de Dunham proposait un parcours aux visiteurs qui entraient du côté de La rumeur affamée. Dans le hall au plancher pavé de pierres, les premiers exposants accueillaient les gens. Un passage secret était aménagé et menait les familles vers la boutique et le pub de la Brasserie Dunham. Puis, après avoir respiré une odeur de chocolat chaud, ils entraient dans un couloir qui conduisait au deuxième étage où étaient installés d’autres exposants, dont la Factrie.

L’ambiance était tout autre dans le village un peu plus au sud. Le marché était à la fois situé à l’intérieur et à l’extérieur de l’église anglicane du chemin Garagona. Des exposants installés à l’extérieur donnaient le ton avec leurs breuvages et leurs gourmandises chaudes. Un feu de camp réchauffait les personnes présentes. Puis, l’ouverture de grandes portes de bois révélait une kyrielle d’exposants offrant principalement les éléments nécessaires à un festin, mais aussi quelques objets et même des terrariums suspendus.

« Le côté église plaît beaucoup, on se distingue là-dessus, remarque Mme Jobin. L’extérieur crée une ambiance chaleureuse. »

Ces marchés de Noël de dernière minute ont été un succès.