Manon Gamache exige une réforme en profondeur du système démocratique.

Manon Gamache veut faire le ménage

Celle qui sera candidate dans Brome-Missisquoi pour l’un des plus petits partis au Québec, Citoyens au pouvoir, entend faire campagne pour faire connaître ses idées de réformes et assurer la progression de sa formation politique.

Même si son parti n’a pratiquement aucune chance de former le prochain gouvernement, Manon Gamache déborde d’idées et d’enthousiasme face à la campagne électorale qui fait rage depuis quelques semaines.

La candidate du parti Citoyens au pouvoir tient à faire entendre les propositions de son parti, qui fait entendre une voix dissonante dans l’univers politique québécois.

« Il y a eu un manque de transparence dans les dernières années, ce qui fait qu’on perd [la trace] de l’utilisation des deniers publics. Les gens ne sont pas [bien] informés et ils se font tellement encadrer par un système rigide que c’est très difficile d’agir. [...] Il y a de la place à l’amélioration », explique Mme Gamache en parlant du bilan du gouvernement sortant.

Cette dernière souhaite miser sur les particularités historiques de la région pour assurer le développement touristique de Brome-Missisquoi.

Contrairement à la majorité des autres partis politiques, à l’exception notable du Parti conservateur du Québec, Citoyens au pouvoir propose de faire disparaître le système des quotas en agriculture.

« Je pense qu’il y a beaucoup de producteurs agricoles dans la région qui se font imposer des quotas. C’est un système qui est lourd et surtout ils ont perdu leur voix pour exprimer leurs besoins et [retrouver] leurs droits », explique la native de Sainte-Sabine.

Manon Gamache estime que les agriculteurs gagneraient à être soumis à un marché libéralisé basé sur l’offre et la demande.

Démocratie directe
Son parti exige également une réforme en profondeur du système étatique et propose de redonner le pouvoir à la population via des assemblées populaires inspirées du modèle suisse de démocratie directe.

« On veut mettre en place des comités composés de citoyens élus. Des gens qui auront les compétences, mais qui seront impartiaux et intègres. »

Mme Gamache explique que les comités citoyens auraient notamment comme tâche d’analyser la bureaucratie en place afin de déterminer comment un éventuel gouvernement des Citoyens au pouvoir devrait « faire le ménage ».

« Dans ma campagne, je ne veux pas taper sur la tête des gens en place, mais sur le système qui est désuet sur bien des aspects. Je pense qu’il faut revenir à la base, s’assurer d’avoir des fondations solides puis reconstruire, mais par le biais des citoyens », précise-t-elle.

La candidate soutient que c’est avant tout la philosophie de son parti qui l’a amené à faire le saut en politique en juillet dernier.

« Chaque élément du programme me rejoint, mais ce qui est l’un des plus importants pour moi, c’est la responsabilité individuelle. Je pense que si on commence par prendre soin de soi, de répondre à nos besoins, on devient plus à l’écoute des besoins des autres. C’est sûr que l’anticarriérisme et la transparence m’interpellent également. »

Campagne
Occupant aussi les fonctions de directrice générale adjointe dans son parti, Manon Gamache déjà particulièrement active, tant sur le terrain que dans son salon.

D’une part pour récolter suffisamment de candidatures afin que son nom se retrouve sur les bulletins de vote et pour faire connaître la plateforme de son parti dans la circonscription, mais également pour donner un coup de pouce aux communications de son parti.

Comme pour les autres petites formations ne bénéficiant pas du financement accordé à ceux représentés à l’Assemblée nationale, une bonne partie de la campagne de Citoyens au pouvoir se joue sur les réseaux sociaux.

« Il y a eu un travail colossal sur le terrain pour aller chercher les partisans dans chacune des circonscriptions. Nous allons être capables de présenter plus de 60 candidats, c’est un bond de géant depuis la dernière élection », lance Mme Gamache.