Les étudiants du cégep de Granby Haute-Yamaska avaient voté en faveur d'une journée de grève dans le cadre du Sommet sur l'éducation supérieure. Hier, une trentaine d'entre eux se sont rendus à Montréal.

Manifestation: les étudiants de Granby aux premières loges

Le ton est donné dès le départ. S'il y a des gaz lacrymogènes, ne pas paniquer. Se déplacer dans un endroit aéré. Du poivre de Cayenne, on ne se frotte pas les yeux (ça aggrave la situation). «Et on écoute ce que dit la police.»
Debout dans l'autobus jaune devant nous mener dans la métropole, Olivier Surprenant, délégué à la mobilisation de l'association étudiante du cégep de Granby Haute-Yamaska, livre ses instructions. Il veut que la trentaine d'élèves - et accessoirement, le journaliste - reviennent sains et saufs à la maison.
Il ne sera pas déçu. Sauf par le dénouement de la «marche de solidarité», devenue bien évidemment une manifestation contre l'issue du Sommet sur l'éducation supérieure, hier.
Haut-parleur, walkies-talkies, pancartes: tout est prêt. Après une traversée de la plaine montérégienne dans une ambiance bon enfant et un dîner vite expédié, les cégépiens granbyens se joignent à plusieurs milliers d'autres qui attendent sous l'oeil austère de la statue de la reine Victoria, au coeur du quartier des affaires de Montréal.
Tous les détails dans notre édition de mercredi