Quatre personnes se retrouvent temporairement à la rue à la suite de l'incendie de leur résidence.

Maison incendiée à Saint-Alphonse: quatre personnes à la rue

«On a été chanceux dans notre malchance», estime Carole Daigneault, qui a vu la maison de sa mère où elle habite avec ses deux fils à Saint-Alphonse être détruite par un incendie. La résidence et le garage sont une perte totale. Fort heureusement, la famille était assurée.
Le feu a pris naissance après 4h30, dans la nuit de mardi à hier, soit après le départ de la mère de Mme Daigneault pour le travail. Une trentaine de minutes plus tard, une odeur de fumée a éveillé les soupçons de Carole Daigneault, qui occupe le sous-sol de la propriété avec ses fils âgés de 14 et 19 ans.
«J'ai mis du linge dans la sécheuse, vers 5h, et je pensais que l'odeur de chauffé provenait de là», raconte la mère de famille, rencontrée quelques heures après le sinistre. Mais il n'en était rien. C'est en allant vérifier à l'étage que Mme Daigneault a constaté que l'odeur provenait du brasier qui ravageait le garage et une partie de la maison.
«C'était orange, décrit-elle, en racontant que le feu a toujours été sa phobie. J'entendais les crépitements. Je me suis dépêchée à descendre pour réveiller mes fils en leur disant de se dépêcher, que le feu était pogné. On est sorti et le garage était complètement embrasé et le feu était pris à l'arrière de la maison.»
Chaussés de souliers de sport, sans bas et d'un manteau d'hiver, les membres de la famille se sont réfugiés chez un voisin. À l'arrivée des pompiers, les flammes avaient déjà fait beaucoup de dégâts. «On a eu à faire à une offensive dans le bâtiment», explique Louis-Philippe Éthier, directeur du service de sécurité incendie de Bromont, Saint-Alphonse et Brigham.
Tous les détails dans notre édition de jeudi