Chanel Crevier, propriétaire de l’auberge, a eu le coup de foudre pour l’immeuble il y a deux ans.

Maison George-Tait: un pan de l’histoire de Bromont à vendre

Que l’on apprécie le patrimoine bâti ou non, la prestance de la maison George-Tait, érigée en 1881 à West-Shefford, devenue Bromont, attire l’oeil. L’imposant immeuble situé au coeur du Vieux-Village, doté d’éléments architecturaux néoclassiques, transcende son époque. À l’aube de changer de propriétaire, le bâtiment abritant depuis près d’une décennie l’Auberge Nuits St-Georges dévoile son histoire.

Il y a deux ans, Chanel Crevier a craqué pour l’établissement d’hébergement. « J’ai eu un coup de foudre. J’aime tout de l’endroit, a indiqué en entrevue la jeune femme d’affaires. Le style, l’emplacement, l’architecture, c’est simplement magnifique. [...] Au-delà de l’aspect purement esthétique du bâtiment, il y a toute une histoire derrière. C’est un plus indéniable. »

Bien que son intérêt soit toujours bien présent pour le domaine de l’hébergement et pour l’immobilier en général, Chanel Crevier souhaite « relever de nouveaux défis ». « J’ai envie de m’inscrire au MBA (maîtrise en administration des affaires) avant mes 35 ans. Je veux m’investir à temps plein dans ce projet. L’auberge est mon premier commerce. Ça m’a permis de sortir de ma zone de confort », a confié la Bromontoise.

Nombreuses vocations

Comme son nom l’indique, l’immeuble a d’abord appartenu à George Tait, un marchand anglican originaire d’Écosse, venu s’établir à West-Shefford au milieu des années 1800. L’homme a été maître de poste et agent du télégraphe de 1864 à 1905. C’est toutefois en 1881 que le commerçant, qui s’exprimait en français, a fait construire sa résidence par un entrepreneur de Waterloo. Or, M. Tait n’a pas uniquement évolué dans le monde des affaires. De 1870 à 1889, il a occupé plusieurs fonctions en tant qu’élu : conseiller municipal, maire et commissaire scolaire.

La maison George-Tail fait partie du circuit patrimonial de Bromont. On y retrouve notamment une vingtaine de panneaux et trois murales sur l’histoire et l’architecture des bâtiments du Vieux-Village de West-Shefford et de Bromont.

Au fil des ans, l’immeuble fut agrandi et restauré. Sa vocation a également changé à quelques reprises. Selon Chanel Crevier, le bâtiment a notamment abrité une résidence pour personnes âgées avant que de nouveaux propriétaires le transforment en auberge, il y a une dizaine d’années.

Cachet unique

Dotée de neuf chambres et d’un appartement privé, l’auberge a un cachet pour le moins original. « Les gens adorent le mélange entre l’ancien et le moderne. Les chambres sont épurées, avec une touche de [vieillot]. Chacune est unique. Chaque fois que des clients reviennent, ils peuvent essayer quelque chose de différent. C’est une expérience en soi », a mentionné Chanel Crevier.

L’art est aussi mis à l’avant-plan aux quatre coins de l’immeuble par le biais d’oeuvres exposées, notamment des toiles, provenant de la galerie Artêria, située également sur la rue Shefford.

Question de faire un clin d’oeil à l’histoire qui entoure ce bâtiment plus que centenaire, une photo d’époque, où des chevaux arpentaient au quotidien l’artère principale de West-Shefford, occupe une place d’honneur sur un pan de mur au salon.

Circuit patrimonial

La maison George-Tail fait partie du circuit patrimonial de Bromont. On y retrouve une vingtaine de panneaux et trois murales sur l’histoire et l’architecture des bâtiments du Vieux-Village de West-Shefford et de Bromont. Une application gratuite permet également de remonter le temps en « baladodécouverte ». Le tracé commence dans le parc John-Savage, à l’angle de la rue du même nom et de Shefford.

La prestance de la maison George-Tait, érigée en 1881 à West-Shefford, devenue Bromont, attire l’oeil. L’imposant immeuble situé au coeur du Vieux-Village, doté d’éléments architecturaux néoclassiques, transcende son époque.