Le coeur de Bruno Junior St-Amand, 36 ans, balance entre le siège de conseiller du district six ou celui de maire. Il se donne encore quelques jours pour y réfléchir.

Mairie de Granby: un 3e candidat dans la course?

Un troisième candidat pourrait-il entrer dans la course à la mairie de Granby ? Bruno Junior St-Amand a confirmé lundi à La Voix de l'Est y réfléchir.
En fait, son coeur balance entre le district six, où il a tenté de se faire élire dans le cadre d'une élection partielle en 2016, et la mairie. Bruno­ Junior St-Amand, qui oeuvre depuis 2005 comme conseiller en finances personnelles dans une institution financière de la région, se donne en réalité la semaine pour décider à quel poste il déposera­ sa candidature. 
« Si la mairie m'intéresse, c'est parce que j'ai une vision d'y aller. Je visais 2021, mais les gens m'en parlent tellement que je n'ai pas le choix d'y penser », a fait valoir le Granbyen de 36 ans.
Celui-ci sait bien qu'il a déjà essuyé deux revers électoraux - le premier en 2013 dans le district huit et le deuxième en 2016 dans le district six -, mais il se dit persévérant. Et il estime gagner en maturité au fil des ans. 
Chose certaine, l'aspirant candidat est fort en verve et il ne manque pas d'idées, que ce soit pour ravir le siège de maire ou celui de conseiller municipal. Il a une idée bien précise de la ville qu'il aimerait avoir et du rayonnement­ qu'elle devrait exercer.
Actions
Par exemple, Bruno Junior St-Amand est d'avis qu'il est « impératif » de mettre les bouchées « doubles et triples » afin que la route 139 soit élargie et fasse l'objet de réfection. 
Les bouchons de circulation observés en période d'achalandage du Zoo de Granby ne rendent service à personne, y compris au secteur industriel, fait-il valoir. « Oui, le centre-ville, c'est important, mais si ton poumon ne marche pas et que tu n'es pas capable d'amener le monde dans ta ville, quand ça attend jusque sur l'autoroute 10, je pense qu'on a des choses à travailler­ », croit-il.
M. St-Amand croit en outre que la Ville de Granby aurait dû faire preuve de plus d'ouverture envers les municipalités voisines pour le renouvellement de l'entente de loisirs, alors que certaines ont décidé de claquer la porte cet été, les coûts étant jugés trop élevés.
Le coeur commercial de la ville est un autre de ses sujets de prédilection. L'état de santé de la rue Principale n'est pas au mieux, selon lui. Plusieurs locaux sont vacants. Il jette donc un regard critique sur le projet de réaménagement du centre-ville en cours. « Il ne faut pas juste mettre des millions et des places publiques », croit-il. 
La solution passera, selon lui, par la multiplication d'activités et d'événements qui, à leur tour, généreront de l'activité économique. Une idée parmi d'autres, dit-il : pourquoi ne pas penser à avoir un marché public permanent ? Il mise aussi sur une glace extérieure réfrigérée et l'aménagement d'une scène permanente, au parc Miner, par exemple. 
Simplifier
Bruno Junior St-Amand souhaite qu'il soit « simple » de vivre et de faire des affaires à Granby. À cet effet, le « livre de règlements » subirait­ une cure de minceur. 
Celui qui est intervenu au cours des dernières années de façon ponctuelle aux séances du conseil municipal dit ainsi être préoccupé par la sécurité des transports, ainsi que par les secteurs commercial et industriel. 
Même si son discours semble viser davantage la mairie que celui de conseiller du district six, le conseiller en finances personnelles assure ne pas avoir pris de décision et se donner encore quelques jours pour réfléchir. Peu importe le poste qu'il briguera, il dit cependant croire en ses moyens. « C'est un gros move, mais je crois que je peux faire avancer la ville », laisse-t-il tomber.