L’annonce faite en janvier 2018 par l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette de la sauvegarde du centre d’hébergement Horace-Boivin de Waterloo pourrait devenir caduque. Québec envisage maintenant de transférer les résidents dans le CHSLD Santé Courville, situé juste en face.

Maintien du CHSLD Horace-Boivin: Québec s’apprête à faire volte-face

L’annonce faite en janvier 2018 par l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette de la sauvegarde du centre d’hébergement Horace-Boivin de Waterloo pourrait devenir caduque. Québec envisage de transférer les résidents dans le CHSLD Santé Courville, situé juste en face, et de tirer un trait sur le projet de mise à niveau estimé à près de 5 millions $, a appris La Voix de l’Est.

À l’origine, le dossier est lié au projet de CHSLD à Granby. La construction du centre d’hébergement de près de 200 lits, d’ici 2021, devait entraîner la fermeture du CHSLD Horace-Boivin, qui avait été jugé trop vétuste pour y effectuer des travaux majeurs. Une vaste levée de boucliers s’était orchestrée dans la population. Gaétan Barrette s’était finalement ravisé. Or, le président du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie, Jacques Fortier, a indiqué à La Voix de l’Est que l’option initiale est à nouveau préconisée.

La directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) au CIUSSS, Sylvie Moreault, a refusé de s’avancer, vendredi, à propos d’une éventuelle fermeture du CHSLD Horace-Boivin.

Toutefois, une source près du dossier a corroboré que le ministère de la Santé travaille bel et bien sur un transfert des résidents chez Santé Courville plutôt que de se lancer dans de coûteux travaux à Horace-Boivin, qui compte 41 lits. Ainsi, 22 places demeureront à Waterloo, a confirmé Mme Moreault. Les 19 autres résidents seront transférés à Granby.

La directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) au CIUSSS de l’Estrie, Sylvie Moreault.

Les dirigeants du centre d’hébergement Santé Courville ont proposé à Québec, en novembre 2017, d’agrandir leur immeuble pour ajouter 11 lits. La construction d’un établissement de 32 places de type « ressource intermédiaire » — regroupant des personnes âgées en perte d’autonomie légère à moyenne — était aussi dans les cartons.

Joint par La Voix de l’Est, le président du CHSLD, Kenneth Courville, ayant des places subventionnées par le ministère de la Santé, n’a pas voulu préciser la teneur de la plus récente mouture du projet présenté au gouvernement.

Emplois

Appelé à commenter le dossier, le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle, a tenu des propos nuancés. « L’exigence est que les lits demeurent à Waterloo, à Horace-Boivin de préférence, a-t-il fait valoir. [...] Et on ne veut pas de perte d’emplois. »

À ce sujet, Mme Moreault a été catégorique : peu importe le scénario, tous les effectifs médicaux liés aux 22 places en CHSLD qui resteront à Waterloo seront maintenus. Or, Santé Courville est un centre d’hébergement privé, tandis qu’Horace-Boivin fait partie du réseau public. Pourrait-on avoir des conditions, salariales et autres, différentes pour des infirmiers ou des préposés aux bénéficiaires dans un même établissement ? Une situation que Mme Moreault qualifie « d’intenable ». « Ce ne serait pas souhaitable d’aucune façon. »

Selon la directrice SAPA, le ministère de la Santé doit trancher concernant l’avenir du CHSLD Horace-Boivin d’ici mars 2020.

Déception

Annie Gaudreau, dont le frère, aujourd’hui décédé, résidait à Horace-Boivin, a mené le combat pour la sauvegarde du centre d’hébergement. Elle s’est dite « très déçue » de la tournure du dossier.

« C’est triste. J’espère que des gens vont se soulever. Horace-Boivin ne doit pas fermer. [...] Au final, la population n’a pas été écoutée. Ça démontre que le lobbying est très fort. Par respect pour mon frère, je vais mener le dossier jusqu’au bout. »