C’est avec soulagement que de nombreux citoyens d’Adamsville ont accueilli, lors de la séance du conseil lundi, la nouvelle du maintien du bureau de poste dans le quartier.

Maintien du bureau de poste à Adamsville: «C’est un gros poids qui tombe»

Les craintes des résidants du quartier Adamsville à Bromont de perdre leur bureau de poste se sont dissipées lundi au terme de la séance du conseil. Les élus ont finalement tranché en faveur du déménagement de la succursale de Postes Canada dans le centre communautaire Lucien-Parent.

« C’est un gros poids qui tombe », a confié en entrevue le représentant du district Adamsville, Marc-Édouard Larose, au terme de la séance.

Un sentiment partagé par la responsable du bureau de poste, Delphine Richer. « Je suis vraiment heureuse du dénouement », a-t-elle indiqué en marge de la séance à La Voix de l’Est. Par ailleurs, tant le conseiller Réal Brunelle que le maire, Louis Villeneuve, ont souligné à grands traits l’implication du représentant du quartier dès le jour un pour sauvegarder le bureau. 

En fait, après avoir perdu il y a quelques années leur succursale Desjardins, les citoyens du secteur Adamsville se sont mobilisés pour éviter que leur bureau de poste subisse le même sort, rapportait La Voix de l’Est samedi. Une pétition avoisinant 300 signataires a été déposée en fin de séance lundi. D’ailleurs, comme c’est le cas chaque année, la rencontre citoyenne se tenait justement dans le centre communautaire du district.

Marcel Parent, un résidant d’Adamsville, s’est également dit « très satisfait » de la décision prise par les élus et du travail de son représentant. « Je savais que le dossier était en bonnes mains. Le centre communautaire, c’est le meilleur choix », a-t-il confié. L’homme a par ailleurs proposé lors de la période de questions d’ajouter un guichet automatique dans le bâtiment. Une option qu’étudiera la municipalité, a indiqué Louis Villeneuve.

Deux options

Deux options étaient envisagées pour garder le bureau de poste à Adamsville. La première consistait à ce que la municipalité acquitte une partie de la hausse de loyer pour maintenir le point de service dans le dépanneur. Le loyer est actuellement de 200 $. Il n’y aurait pas eu d’augmentation depuis près de 10 ans. Toutefois, des rénovations doivent être effectuées au cours des mois à venir, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du dépanneur abritant le bureau de poste. Advenant le renouvellement du bail, la facture mensuelle dudit bureau devait passer à 500 $, avait confirmé Isabelle Côté, copropriétaire du commerce avec son père et son frère. « Le loyer inclut le chauffage, l’électricité et le stationnement. On a envoyé une lettre à Postes Canada il y a près de deux mois demandant de s’engager pour cinq ans avec le bureau, mais ils ne nous répondent pas. On fait des rénovations majeures, alors on ne peut pas investir autant sans avoir de garanties », avait-elle expliqué.

Une option toutefois mise de côté par les élus. « Financer le bureau de poste dans un bâtiment qui ne nous appartient pas était difficile à justifier, a fait valoir Marc-Édouard Larose. Si la succursale devait fermer, la Ville se retrouverait dans une drôle de situation parce qu’on aurait un bail avec le dépanneur. »

La seconde option, soit le déménagement du bureau dans le centre communautaire, cadrait parfaitement dans la vision de Bromont de dynamiser le quartier, notamment en élargissant les services offerts, a mentionné Louis Villeneuve. « Il y a de la place dans le centre communautaire. C’est une belle occasion de renforcer le sentiment d’appartenance de la communauté à l’endroit », a pour sa part indiqué le conseiller du district.

La Ville préconise un bail de trois ans avec Postes Canada. Celui qui est en vigueur actuellement dans le commerce se termine en juin. 

« Nous remercions le maire et le conseil de l’offre de déménager le bureau de poste au centre communautaire. Nous continuons nos discussions avec la municipalité à cet effet. Aussitôt qu’une décision finale sera prise, incluant tous les détails des services, accès aux boîtes postales, etc., nous aviserons nos clients », a commenté par courriel Philippe Legault, responsable des relations avec les médias pour la société d’État. 

La copropriétaire du dépanneur voit par ailleurs d’un bon œil la décision de la Ville dans le dossier. « On n’est pas nécessairement déçus, a fait valoir Mme Côté lors d’un bref entretien téléphonique. Pour nous, c’était intéressant d’avoir le bureau de poste à même le dépanneur. D’un autre côté, c’est une belle opportunité d’aller s’installer au centre communautaire. »