Denis Beauchamp, directeur du développement économique au Centre local de développement Brome-Missisquoi

Main-d’oeuvre dans Brome-Missisquoi: de la rareté plutôt qu’une pénurie

Certains pourraient dire qu’on joue ici avec les mots. Et pourtant, la « rareté » de la main-d’oeuvre disponible dans la région se distingue de la pénurie dont il est plus souvent question. La mise à jour par Emploi-Québec des données relatives à l’emploi a permis au Centre local de développement (CLD) de Brome-Missisquoi, cette semaine, de confirmer les réalités vécues dans les entreprises. « Des travailleurs sont disponibles, mais ils sont rares », indique Denis Beauchamp, directeur du développement économique au CLD.

Le récent poste de conseiller en développement économique affiché par le CLD révèle en effet que des postes trouvent preneurs. « Les 30 CV que nous avons reçus, c’est un bon résultat quant à la quantité et la qualité des candidatures, croit M. Beauchamp. Mais dans un contexte de rareté, il faut se mettre beau et belle pour être attractif. »

Avec la Stratégie d’attraction de nouvelles populations mise en oeuvre depuis mars 2019, Brome-Missisquoi s’est mis sur son 36.

Cependant, attirer des candidats ne sera pas chose aisée dans les prochaines années puisque d’ici 2030, la population active (les 15-64 ans) diminuera de 4,3 % par an dans la région.

Plus précisément, le CLD a appris d’Emploi-Québec que la moitié des postes recherchés ces prochaines années seront des emplois de types professionnel et technique.

« Sur le terrain, les entreprises ont de la difficulté à honorer leurs contrats, ils manquent de main-d’oeuvre », rappelle M. Beauchamp.

Mobiliser la communauté

Toute la communauté est mise à contribution pour répondre à ces défis. « Ce qui me réconforte présentement, c’est que le milieu est mobilisé », ajoute M. Beauchamp.

Les deux commissions scolaires de la région, parmi d’autres, ont ainsi participé à la rencontre sur la situation de l’emploi organisée mercredi dans les locaux du Centre local d’emploi, à Cowansville.

Le milieu de l’éducation est notamment prêt à proposer de meilleurs arrimages entre les programmes de formation et les entreprises.

Au Campus Brome-Missisquoi, plusieurs formations ont été identifiées afin d’attirer des étudiants étrangers pour combler les places disponibles et répondre ainsi aux besoins des 2100 entreprises de Brome-Missisquoi. Il s’agit des formations de technique d’usinage, de soudage/montage et des métiers de bouche.

« On est partenaires de ce programme, de dire M. Beauchamp, et on sollicite actuellement les entreprises pour qu’elles embarquent à leur tour. »

L’alternance entre travail et études, fruit d’une collaboration plus étroite entre le Campus Brome-Missisquoi et des entreprises locales, devrait bientôt être une pratique plus commune sur le territoire.

« Ce qui me rassure, c’est que les acteurs de tous les milieux — manufacturier, communautaire, de l’éducation, de l’économie sociale — montrent qu’ils veulent participer à trouver des solutions », dit M. Beauchamp.

Des solutions

D’autres solutions sont en train d’être mises en place. Dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, par exemple, il est proposé de mutualiser les ressources.

Dit plus simplement, un employé qui travaillerait à temps partiel dans une entreprise de ce secteur pourrait se voir proposer l’équivalent d’un temps plein réparti dans plusieurs entreprises partenaires. Celles-ci bénéficieraient par exemple de l’équivalent d’un « pool » d’employés.

« Au CLD et à la MRC, on est là pour les appuyer », indique le directeur du développement économique de l’organisme.

Plus que jamais, le CLD souhaite voir les entreprises du territoire travailler en collaboration, notamment grâce au Sherpa — nom attribué au nouveau conseiller en développement économique qui sera choisi dans les prochains jours.

Celles-ci détiennent l’une des clés de la réussite de cette stratégie, est persuadé M. Beauchamp : « Je souhaiterais que les entreprises deviennent les ambassadeurs de cette stratégie, pour faire rayonner l’ensemble de notre territoire. »