Lyse-Anne Roy a l’habitude d’apprendre l’art aux enfants. Elle le fait maintenant en ligne avec les plus vieux.
Lyse-Anne Roy a l’habitude d’apprendre l’art aux enfants. Elle le fait maintenant en ligne avec les plus vieux.

Lyse-Anne Roy: le plaisir du dessin en ligne

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Qui a dit que le confinement n’était qu’ennui et restrictions? Il peut aussi donner des ailes. L’artiste peintre Lyse-Anne Roy a profité de cet arrêt imposé pour offrir des webinaires de dessin. Et depuis, c’est la folie.

Une simple annonce sur Facebook a mis le feu aux poudres.

«J’avais déjà le projet d’enseigner en ligne. Là, c’était le bon moment. La réponse a été extraordinaire. En moins d’une semaine, j’ai eu 1000 inscriptions pour assister aux webinaires. De ce nombre, 287 personnes ont assisté au premier et 480 au deuxième», indique Mme Roy, encore tout étonnée de l’intérêt du public pour l’activité.

Elle n’est pas surprise, cependant, de l’intérêt des gens pour le dessin. «Tout le monde peut dessiner. C’est un moyen d’expression génial. Et c’est inné. La preuve, c’est que les enfants dessinent de façon tout à fait naturelle», fait-elle remarquer.

En ayant plus de temps libre, plusieurs reviennent donc au dessin un peu par instinct. «Il faut retrouver en soi l’enfant qui dessinait par plaisir!»

Elle-même a repris ses crayons dès le mois de mars, mettant en ligne de façon régulière ses dessins en noir et blanc. Et l’idée semble avoir plu aux utilisateurs de Facebook.

Les nouvelles demandes d’amitié se sont mises à apparaître sans dérougir. «C’est complètement fou!»

En se branchant sur une application de vidéoconférence, les «élèves» de Lyse-Anne Roy ont accès gratuitement à son séminaire en ligne. «Durant une heure, ils m’entendent et ils me voient en direct. Ils peuvent aussi ‘‘chater’’avec moi», explique celle qui leur a notamment appris les rudiments du portrait.

«Et s’ils sont inscrits, les gens peuvent revoir le cours, même ceux qui n’ont pas pu y assister.»

Intimidant de prendre la parole devant autant de personnes, même à distance? «Juste avant que ça commence, je suis figée. J’ai un méchant trac. Mais je deviens de moins en moins stressée, plus ça avance.»

La Bromontoise a d’ailleurs senti, à travers ces webinaires, qu’elle faisait plaisir à bien du monde. «Il y en a qui m’ont dit que c’était la plus belle journée de leur confinement.»

Selon Mme Roy, les participants veulent surtout des démonstrations, car le dessin, dit-elle, est d’abord une question d’observation. Certains lui envoient ensuite leur esquisse pour obtenir ses commentaires. Mais vu leur grand nombre, il lui est difficile de faire un suivi individuel. «Mais je pourrai prendre certains dessins et les commenter de façon générale.»

La prochaine étape, ce sera la présentation de véritables cours de dessin en ligne. Les inscriptions sont en cours. Le premier groupe amorcera sa session de dix cours virtuels le 30 avril. Des cours pour enfants de 6 à 12 ans sont aussi dans la mire de l’enseignante.

Changement

Graphiste de formation, illustratrice de carrière, entrepreneure, artiste peintre et médiatrice culturelle, Lyse-Anne Roy a soudainement l’impression qu’une nouvelle porte vient de s’ouvrir pour elle. «C’est comme si je changeais de carrière. À travers cette crise, je viens de me réinventer!»