La candidate libérale dans Granby, Lyne Laverdure, veut notamment la climatisation dans toutes les écoles de la circonscription­.

Lyne Laverdure veut des écoles mieux adaptées

Alors que la campagne électorale tire à sa fin, la candidate libérale dans Granby, Lyne Laverdure, a dévoilé mardi quelques-unes de ses priorités en éducation. Parmi ses engagements, elle veut s’attaquer à la climatisation de tous les établissements d’enseignement de la circonscription.

« J’aimerais que l’on puisse améliorer toutes les écoles qui n’ont pas l’air climatisé. [...] C’est difficile d’enseigner quand il y a de la canicule. Il en va aussi de la santé et sécurité au travail. Et les élèves n’écoutent plus parce qu’il fait trop chaud », a indiqué Mme Laverdure­ en point de presse. 

La candidate n’a toutefois pas pu préciser combien d’établissements ne sont pas dotés de tels équipements dans la circonscription de Granby. Vérification faite, la commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC) a confirmé à La Voix de l’Est que trois écoles, sur un total de 15, sont climatisées. Granby compte trois écoles secondaires. Seule Joseph-Hermas-Leclerc a l’air conditionné. Et deux des 12 écoles primaires l’ont aussi, soit Eurêka et des Bâtisseurs.

Afin de mieux encadrer les enfants durant leur apprentissage, Mme Laverdure a également réitéré un engagement de son parti, soit l’ajout d’un second professionnel, « selon les besoins », dans les classes préscolaires puis en première année. Or, s’agit-il d’un retour du balancier après des années d’austérité ponctuées de coupures de nombreux services de professionnels dans le réseau de l’éducation ? Concédant que les compressions du gouvernement Couillard ont été drastiques, Mme Laverdure a imputé ces décisions à la mauvaise gestion des finances publiques par le PQ, qui a été au pouvoir de septembre 2012 à avril 2014. « Le Parti québécois a laissé un trou de six milliards dans le budget. Il a fallu faire quelque chose et on a souffert un peu tout le monde dans tous les secteurs. Déjà en 2016, on a commencé à remettre des sous pour résoudre les problèmes en éducation. »

Comme la Coalition avenir Québec, le PLQ promet une hausse salariale aux nouveaux enseignants en éliminant les six premiers échelons. Mme Laverdure estime que cette mesure aura non seulement un effet d’attraction, mais également de rétention sur les professeurs dans la région. Notons que le premier niveau est en ce moment de 41 390 $ par an. Le salaire d’entrée grimperait alors à 53 134 $. Selon la CSVDC, tous les postes d’enseignants sont pourvus à ce jour dans les établissements sur son territoire. 

Vétusté

Lyne Laverdure mise également sur le programme Une école, un gymnase, qui prévoit doter tous les établissements primaires du Québec de telles infrastructures d’ici quatre ans. Appelée à donner un portrait de la situation à ce chapitre dans la circonscription, la candidate libérale a avoué ne pas connaître la réponse. 

La CSVDC a indiqué à La Voix de l’Est que six des 12 écoles primaires dans Granby ont des gymnases. Les six autres ont « de grandes salles multifonctionnelles » qui respectent les critères du ministère de l’Éducation, notamment pour y tenir les cours d’éducation physique. Ces vastes locaux ne rencontrent toutefois pas l’ensemble des normes pour être officiellement classés comme des gymnases en fonction de leurs dimensions au sol puis en hauteur, a fait valoir la directrice des communications et des affaires corporatives de l’organisation, Paule-Andrée Bouvier.

La vétusté des écoles du territoire interpelle également Lyne Laverdure. Un des engagements du PLQ est de mettre à niveau l’ensemble des établissements d’enseignement désuets à travers le Québec d’ici 2030. Bien qu’elle n’ait pas d’idée des sommes à investir et du nombre d’écoles à mettre en état dans la circonscription, la candidate libérale a mentionné que « les pires seront priorisées ».

Mme Bouvier a confirmé à La Voix de l’Est que sur les 16 établissements d’enseignement dans Granby, incluant le Centre régional intégré de formation (CRIF), quatre écoles n’ont pas la note de passage de Québec quant à leur vétusté, récoltant ainsi une cote D. Des travaux devront ainsi y être effectués.