La Ville de Granby multiplie les mesures pour ralentir la progression de l'agrile du frêne, un insecte originaire d'Asie extrêmement nuisible.

Lutte contre l'agrile du frêne: Granby multiplie les actions

La Ville de Granby multiplie les actions pour ralentir la progression de l'agrile du frêne. Et jusqu'à maintenant, les résultats sont encourageants, a affirmé hier la contremaître aux parcs et terrains de jeux au service des travaux publics à la Ville, Danielle St-Jean.
« Nous n'avons que de bonnes nouvelles », s'est réjouie Mme St-Jean. L'opération de dépistage par écorçage s'est poursuivie sur l'ensemble du territoire de la Ville. Selon la contremaître, aucun autre indice de la présence de l'agrile du frêne, cet insecte extrêmement nuisible originaire d'Asie, n'a été détecté à ce jour. Les employés de la Ville affectés à l'entretien des parcs ont par ailleurs récemment complété le traitement de 191 frênes contre l'agrile. Tous des arbres en pleine santé, souligne Danielle St-Jean.
Il est tout de même prévu de couper, entre les mois d'octobre et mars, une dizaine de frênes répartis dans différents secteurs de Granby. Ils ont été identifiés pour les signes de dépérissement qu'ils démontrent et l'attrait qu'ils pourraient représenter pour l'agrile, fait valoir la contremaître, tout en précisant que les feuillus seront remplacés au printemps 2015.
Comité Frêne
Une larve d'agrile du frêne a été identifiée et confirmée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments en octobre 2013 dans un parc de la ville, rue Brignon. Sa présence a été détectée grâce à une opération de dépistage par écorçage. Comme la progression de l'insecte est bien réelle au Québec, Granby est à l'affût des signes de l'agrile depuis deux ans. En avril dernier, le conseil municipal a donné le feu vert à la mise en place d'un plan d'action pour faire face à l'infestation.
En réagissant sans tarder, la Ville souhaite éviter de se retrouver dans la même situation que certaines villes qui doivent abattre des centaines de frênes, voire l'ensemble des arbres de cette espèce, comme à Gatineau.
Tous les détails dans notre édition de jeudi